A PROPOS DE LA CRISE DE 1962 AU CAMEROUN,
FAIRE DE L'HISTOIRE SOCIO-POLITOLOGIQUE :
SOCIO-ANALYSE ET HISTOIRE ANALYSEE
D'UN CONFLIT DE POUVOIR

 

par Mathias-Eric OWONA NGUINI

GRAPS / Université de Yaoundé II

 

 

INTRODUCTION

L’ANALYSE HISTORIQUE D’UNE CRISE POLITIQUE ENTRE SOCIOLOGIE DES CIRCONSTANCES ET SOCIOLOGIE DES INSTANCES

Le savoir sociologique et politologique peut être mobilisé et utilisé pour rendre compte avec une distanciation raisonnée d’un ensemble de préoccupations renvoyant à " une situation historique spécifique" dans une perspective méthodologique et épistémologique permettant " de mettre à l’épreuve des données empiriques, factuelles, un corps d’hypothèses et de concepts " [CHARTIER in ELIAS, 1985 : III – IV].

Les réflexions qui seront conduites dans cette optique d’investigation entendent montrer et démontrer que " les questions sur le passé ne sont pas des questions dépassées ", en essayant de susciter des " interrogations croisées " entre les démarches socio-politologiques et historico-biographiques, de façon à comprendre et à faire comprendre que "le temps importe peu à l’affaire" en ce qui concerne la périodisation des objets d’études construits dans l’entreprise de connaissance des champs du pouvoir dans le Cameroun postcolonial précoce [DUBY, 1989 : 7 – 15].

L’ensemble des énonciations et des observations opérées dans la présente étude vise à formuler une lecture sociologique et politologique d’un épisode de l’histoire des institutions et des conventions émergentes de l’ordre politique postcolonial au Cameroun du début des années 1960. Ce faisant, le sociopolitiste mobilise les structures et figures que sont " le récit et le tableau " comme " deux manières de présenter l’histoire " prises en compte dans l’organisation des procédures et des postures appropriées d’une discussion sociologique et politologique de la dynamique historique de la gouvernabilité postcoloniale au Cameroun [PROST, 1996-1], [PROST, 1996-2 : 24].

L’analyse sociologique critique et dialectique de l’expérience politique initiale et inaugurale d’insertion et d’inscription avantageuses de différents acteurs et opérateurs sociaux dans les champs du pouvoir postcolonial au Cameroun, commande d’éviter " un oubli de l’histoire " dans le traitement théorique et empirique des événements de 1962 comme " événements passés " sans faire de concessions épistémologiques aux "présupposés de l’historiographie classique " [LACROIX, 1986 : 117]

L’investigation sociologique et politologique des dynamiques d’organisation et de transaction politiques dans les sphères du pouvoir postcolonial au début des années 1960, s’oriente alors vers des perspectives analytiques et théoriques qui récusent la limitation de la recherche à une " étude systématique du présent " et la réévaluent comme savoir rationnel et professionnel spécialisé sur les " structures et les processus " en y introduisant de nouveau "du temps et des lieux" [TILLY, 1989 : 25-29]. La démarche d’investigation envisagée entend mobiliser les savoirs socio-politologiques en vue d’une maîtrise appropriée des " formes de l’histoire " permettant de construire une "histoire de pouvoir" susceptible "d’expliquer l’événement", se situant délibérément dans l’optique de "l’histoire – science sociale" capable de faire adopter un "tournant critique" à l’histoire politique en relativisant la critique épistémologique de celle-ci comme "ridicule petite histoire événementielle" [LE GOFF, 1992 : 35]

La mise en œuvre de l’entreprise épistémologique et méthodologique d’élucidation des rapports théoriques et empiriques entre passé et présent dans l’analyse politique de l’interaction des phases d’ordre et de désordre à travers le mouvement historique de "consolidation du pouvoir" au sein de l’Etat postcolonial camerounais entre 1960 et 1962, paraît nécessaire pour cerner la dynamique évolutive des champs de pouvoir [BAYART, 1985 : 83 – 108].

Afin de s’atteler à ce travail socio-critique et historico-critique susceptible de fonder et de structurer une enquête consistante et conséquente sur des états passés de la dynamique des champs postcoloniaux émergents de pouvoir au Cameroun, l’analyse procédera à une relecture sociologique de "l’écriture de l’histoire" permettant une discussion technique et critique des procédures et figures de l’Etat camerounais comme concept "historique et politique" soumis à un examen serré destiné à le préserver de toute "dérive épistémologique" [BIAYA, 1995 : 110].

Le travail épistémologique et méthodologique d’affinement des perspectives socio-politologiques d’étude de la dynamique historique de l’ordre politique camerounais se trouve d’emblée confronté "à la rareté des documents qui constituent la matière première du travail de l’historien", même si l’analyse ne saurait s’autoriser de cet état de choses pour en accréditer une interprétation fondée sur des catégories logiques et psychologiques d’une histoire - complot laissant croire que "les homme politiques camerounais se sont donnés le mot pour soustraire à la postérité les motivations de leurs agissements" [ABWA, 1993 : 7].

La mise en œuvre d’une problématique de l’objectivation dans l’analyse politique des institutions et des conventions formatrices des modèles inauguraux de la gouvernabilité postcoloniale au Cameroun, se trouve contrainte par les problèmes de rareté documentaire que rencontre "le politologue aux archives" lorsqu’il essaie d’étudier les épisodes concernant la période d’après – indépendance immédiate [GARRIGOU, 1989].

Les problèmes d’exploitation de documents historiques concernant par exemple " la vie des partis politiques " au Cameroun, et particulièrement "   des partis et des forces politiques au Cameroun oriental " sont classiques comme le montre une tentative pionnière d’examen sociologique de " la situation politique du Cameroun " envisagée " au crible d’une analyse objective " confrontée à la rareté " de document, d’écrit… de monographie " [ZANG ATANGANA, 1989 – 1 : 13].

L’examen sociologique et politologique des évènements politiques de 1962, pour être approprié et avisé, requiert de prendre la mesure de ces problèmes d’identification et d’exploitation des sources historiographiques nécessaires à l’exploration pertinente des procès étudiés sans abandonner l’interrogation empirique et critique sur "la dynamique dont procède cette "crise " ou le " retour à l’ordre " qui la suit "   [LACROIX , 1986 : 117].

Les perspectives sociologiques et politologiques d’interrogation et d’investigation mobilisées en vue de l’élucidation théorico-critique et historico - empirique de l’apprentissage et de l’ancrage politiques dans les champs du pouvoir postcolonial camerounais du début des années 1960, doivent pour être pertinentes, s’intégrer dans "une théorie sociologique de la formation sociale" tenant compte du contexte historique constituant ces " processus évènementiels " en " phénomènes structurés" [ELIAS, 1985 : LXXIV].

Il s’agit alors de mettre en œuvre une analyse sociologique et politologique de "chaînes d’interdépendances humaines " comme " complexes fonctionnels ", analyse qui renvoie à une démarche montrant  "l’insuffisance des explications de type pré- scientifique concernant les phénomènes sociaux dont les individus seraient à l’origine ", explications souvent mobilisées par les lectures historiennes [ELIAS,1981 : 80 - 81]. L’approche mise en forme et mise en œuvre dans un esprit de sociologie politique renvoie à une optique selon laquelle "une telle analyse juge indispensable d’étudier de près les facteurs historiques et sociaux qui ont déterminé la répartition du pouvoir entre les acteurs politiques d’un pays donné, afin de comprendre la lutte pour l’hégémonie politique entre les diverses formations sociales qu’ils représentent", optique bien illustrée par un spécialiste de l’évolution du "mouvement anticolonialiste" au Cameroun comme "mouvement politique" étudié "dans son contexte historique et social d’ensemble" entre les années 1950 et 1960 [JOSEPH, 1986 : 21 et 23].

L’analyse socio-politique ainsi envisagée et formulée correspond à la construction théorique et empirique d’une " histoire socio-logique " susceptible de dynamiser l’entreprise d’enquête relevant de la " sociologie du pouvoir " (qui accorde ici une attention notable aux mouvements historiques) dessinant les trajectoires initiales et inaugurales de la gouvernabilité postcoloniale au Cameroun examinée en l’occurrence dans une période cruciale de son évolution [MUCHIELLI. 1991 : 6 - 7] La démarche sociologique et politologique revendiquée de l’objectivation exige que l’on relativise la perception historiciste de ces trajectoires de la gouvernabilité comme expressions significatives " du cours irrésistible de l’expérience camerounaise" dans un contexte de " transfert de la souveraineté politique " par l’autorité coloniale [JOSEPH, 1986 :20]. L’analyse politique des processus de construction sociale de l’Etat postcolonial au Cameroun comme " rapport de domination " est conduite dans une perspective critique d’examen des logiques paradigmatiques organisatrices de la professionnalisation du champ politique au moment de l’indépendance, comme facettes d’une expérience historico-politique particulière [THERET, 1992,].

L’examen sociologique et politologique des formes d’instruction et d’insertion politiques dans les sphères de l’Etat postcolonial au Cameroun, s’efforcera d’expliciter les possibilités théoriques et empiriques permettant " qu’on étudie systématiquement les relations entre les œuvres et les actes de personnages individuels, nommément connus dans l’histoire, et la structure des groupes sociaux au sein desquels ils ont pris place " [ELIAS, 1985 : LII- LII].

Ce faisant, les savoirs et savoir-faire socio-politologiques donnent lieu à des appropriations avisées et opportunes permettant de relativiser les postures théoriques et pratiques faisant du " sociologue ", un "observateur des effervescences de l’actuel", au point de faciliter l’utilisation de perspectives qui font que "histoire et sociologie se rejoignent, s’identifient, (voire) se confondent" dans l’organisation d’une "problématique commune"  [BRAUDEL 1984 :104]. Une telle problématique qui est à préciser devrait s’orienter vers l’explication et vers l’explicitation des rapports entre continuité et discontinuité politiques dans le Cameroun postcolonial précoce. En mobilisant les ressources de l’histoire - savoir, le socio-politiste soucieux de construire (le cadre de) " la concaténation des événements " élaborée pour rendre compte des faits historiques et politiques de 1962 dans le Cameroun postcolonial, ne saurait opportunément se munir d’une représentation de ces phénomènes fondée sur une vision consécratrice d’un " temps monodrome " qui l’instituerait comme "historien - dieu" [SERRES in LE GOFF, NORA , 1986:304].

A l’analyse, il convient cependant de voir, en tenant compte de l’absence de chaînes univoques dans l’organisation de ces événements politiques au sein de l’ordre postcolonial camerounais de 1960, comment ces moments ont pu contribuer "à l’histoire politique ultérieure du Cameroun" en recourant à une perspective sociologico - historiographique présente visant à élucider scientifiquement des états organiques ou critiques relevant du passé [LE VINE, 1984 : 72].

L’analyse sociologique et politologique ainsi esquissée doit pouvoir tirer profit du "travail historien" sans pour autant que " l’usage des sources historiques par le politologue " ne contraigne celui-ci à " se faire historien " une fois pour toutes [GARRIGOU, 1989 : 44]. L’objectivation sociologico-critique des dynamiques politiques de l’Etat postcolonial camerounais du début de la décennie 1960 s’approprie (donc) les documents historiques en les réinsérant dans des dispositifs socio-politologiques. Dès lors, ces documents font l’objet d’exploitations et d’explorations qui les remodèlent selon les logiques professionnelles spécifiques de la science politique de l’invention des champs postcoloniaux de pouvoir au Cameroun qui accorde une place notable à la sociologie de l’Etat. Cette entreprise théorico-empirique entend réconcilier recherches sociologiques et recherches historiographiques dans "l’étude du régime politique camerounais" à travers un affinement analytique et herméneutique de "la compréhension de l’intrigue" permettant de cerner de façon appropriée la façon dont "les processus politiques sont inscrits dans le temps" [BAYART, 1975 :II]. La recherche ainsi menée commande de faire montre d’une distanciation réflexive à même de renforcer l’investigation descriptive et d’user à bon escient des " instruments de travail de l’historien ou du sociologue" mobilisés dans une enquête de science politique sur " les conditions de possibilité de l’événement" concernant les mouvements de 1962 dans l’ordre politique postcolonial camerounais [LACROIX, 1998]. En effet, les instruments sus–évoqués étant (souvent) "produits par et pour l’activité passée de l’Etat", peuvent lorsqu’on ne les appréhende pas de façon critique, se contenter d’authentifier et de certifier des "conduites qui doivent à l’activité de l’Etat d’avoir été consacrées sous l’espèce d’archives" [LACROIX, 1998]. Ceci peut être préjudiciable dans l’examen scientifico-analytique des objets étudiés dans une perspective socio-politologique critique vis-à-vis de la raison historienne mais qui refuse d’accepter à ce sujet, une attitude polémique.

L’entreprise sociologique et politologique de reconstruction critique des relations passé-présent et présent-passé qui examine les événements de 1962 comme volets d’un épisode historico-politique, s’appuie sur une démarche soucieuse d’éviter les difficultés épistémologiques liées au fait "de refuser l’histoire et de privilégier les apparences de stabilité et d’équilibre, la statique des systèmes sociaux", apparences perçues comme "un danger" parmi ceux qu’affronte la "science politique" [BAYART, 1975 :VII]. Il s’agit alors d’étudier l’ordre postcolonial camerounais de façon dynamique et relationnelle en mobilisant les ressources de la discipline historique pour consolider "une sociologie de l’événementiel" élargissant les possibilités d’énonciation et d’organisation d’une " sociologie du temps conjoncturel" [BRAUDEL, 1984 : 113].

Cette démarche sociologique et politologique doit permettre de revisiter théoriquement et empiriquement une " page de l’histoire camerounaise" à l’issue de la dynamique politique de 1962 – soumise à un travail rétrodictif et rétrospectif d’enquête – caractérisée comme moment de "fabrication d’une crise" dans l’évolution de l’ordre politique postcolonial [BAYART, 1985 : 99]. Afin de comprendre les logiques du conflit politique de 1962 au Cameroun, l’analyse sociologique et politologique en termes d’objectivation sociale doit pouvoir examiner "un événement aussi complexe" en récusant les perspectives d’énonciation et d’observation "faisant abstraction des tactiques, des enchaînements ou de l’issue auquel ce moment de référence paraît aujourd’hui devoir son importance" et mettant en question "l’usage lettré d’un système de références canonisées " au profit d’une " réflexion issue de la manipulation expérimentale" [LACROIX,1986 :118]. Le travail socio-politologique de reconstruction de l’épisode politico-historique de 1962 "conventionnellement considéré au début de la recherche comme événement " n’établira sa pertinence qu’à travers une réflexion et une investigation susceptibles de contrôler les biais épistémologiques de "la reconstruction rétrospective" et de "l’illusion téléologique qui habite celle-ci" [LACROIX, 1998 :10]. C’est en procédant de cette façon que l’analyse peut parvenir à faire comprendre comment ce qui se joue dans les événements de 1962 va correspondre historiquement à une transition entre des logiques pluralistes d’organisation de la domination et les configurations de puissance d’un "régime de parti unique" [BAYART, 1978-2]. Et ceci sans céder à l’illusion de "l’histoire naturelle" dans l’examen sociologique de ce conflit politique [DOBRY, 1986 : 16].

L’appréhension et la compréhension socio-politologiques pertinentes de la problématique de recherche envisagée dans la perspective de l’objectivation correspondent à un examen des jeux politiques de 1962 survenant dans les champs post coloniaux du pouvoir au Cameroun selon une logique visant à "une spécification de divers types de conjonctures, parmi lesquels les conjonctures critiques, en tant qu’états particuliers des systèmes politiques concernés" [DOBRY,1986 :16]. En s’appropriant les ressources de l’historiographie, l’entreprise sociologique d’objectivation du conflit politique de 1962 veut mobiliser épistémologiquement les "principia peregrina" (issus d’exploitations externes) pour renouveler et renforcer les "principia domestica " (correspondant au domaine interne de la discipline) pour disposer d’un appareil technique et critique plus puissant dans l’investigation sur la dynamique émergente du champ politique postcolonial au Cameroun [LEPENNIES, 1983 : 37-52].

La problématique de la recherche telle qu’elle est formulée permet de cerner les investissements savants ou militants auxquels donne lieu le moment historique de 1962 à travers différentes transactions et opérations relevant de la construction sociale de "la signification politique de l’événement" [BAYART :1975 :VI]. La référence à la problématique de l’objectivation a été adoptée de façon à prendre en compte l’interaction des " états organiques " et des "états critiques" dans le conflit politique de 1962 comme moment de structuration des jeux et enjeux concernant la configuration des champs postcoloniaux du pouvoir au Cameroun [LACROIX, 1981 :272].

La logique des prolégomènes ici esquissée, commande que la problématique sociologique et historiographique d’investigation sur les routines et les crises politiques de 1962 au Cameroun (comme moment de référence produit par un travail de périodisation et de problématisation), prenne d’abord en considération "la formation pluraliste du conflit politique" comme "genèse" (I) avant d’examiner "la transformation monopoliste du conflit politique" comme "dynamique" (II).

 I. LA FORMATION PLURALISTE D’UN CONFLIT POLITIQUE COMME GENESE SOCIO- HISTORIQUE

L’analyse sociologique et politologique soucieuse d’élucider le conflit politique postcolonial camerounais commande d’accorder une attention notable aux mouvements multiples du cours historique afin de cerner les conditions de " la naissance et de la consolidation du gouvernement contrôlé par Ahmadou AHIDJO … entre 1958 et 1962 " [BAYART in JOSEPH , 1978 : 45]. C’est qu’en effet une mise en perspective historico-stratégique et historico-génétique est utile et déterminante pour montrer comment une démarche avisée d’objectivation sociale et politique du conflit de 1962 nécessite de recourir épistémologiquement et méthodologiquement à une "hypothèse de continuité" permettant de cerner la dynamique de ce conflit [DOBRY, 1986:14]. L’entreprise sociologique et politologique d’explication et d’explicitation du conflit politique de 1962 s’oriente alors vers une analyse serrée des luttes de pouvoir et de puissance contribuant à la dynamique historique de "l’équilibre interinstitutionnel" dans l’Etat postcolonial camerounais comme rapport complexe de domination [PELLETIER in LACROIX, LAGROYE, 1992 : 100]. La mise en lumière des ressorts historiques de l’expérience politique inaugurale associée à la construction sociale de l’Etat postcolonial camerounais est envisagée dans une perspective sociologico-historiographique examinant les conditions de possibilité insinuatrices d’une crise des normes et des pratiques du pluralisme. Cette démarche commande d’abord d’examiner sociologiquement les "conflits d’institution" et les "problèmes de représentation" (A) avant d’observer politologiquement les "luttes de domination" et les "déficits de légitimation" (B).

A - CONFLITS D’INSTITUTION ET PROBLEMES DE REPRESENTATION

L’entreprise sociologique d’élucidation des logiques génératrices et organisatrices du conflit politique de 1962 dans l’Etat postcolonial camerounais entend s’intéresser à un examen historico-critique et historico-empirique des "problèmes de transition" posés par la recomposition des champs de gouvernabilité [LE VINE, 1984 : 263 - 285]. Pour y parvenir, il convient alors de cerner de façon critique les logiques de production d’un conflit crucial de pouvoir et d’institution à travers une investigation et une interrogation révélatrices des ressorts de cette dynamique sociopolitique montrant le "rapport au monde fétichisé" lié aux perspectives routinisées de réflexion et d’observation peu attentives "aux conditions historiques de sa construction" [LACROIX, 1986 : 118].

Un examen pertinent des usages et de la genèse du moment de référence de 1962 comme séquence politico-historique produit par un travail de périodisation, s’efforce de mettre en question l’évidence pratique qui laisse accroire que parce que "le chef de l’Etat et l’opposition ne parlaient pas… le même langage", alors "le conflit était inévitable" [BAYART, 1975 : 66]. Une analyse sociologique avisée et avertie de ce conflit se doit de récuser une telle posture relevant de "l’histoire naturelle" [DOBRY, 1986 : 62]. L’étude du conflit politique camerounais de 1962, sans céder aux visions consacrées par l’activité de l’Etat, exige que l’analyse examine la "désaffection des institutions et des conventions pluralistes" avant de rendre compte de "la disqualification des cadres compétitifs et représentatifs" et enfin de discuter de "la déstabilisation de la concurrence" et de "l’étatisation des secteurs politiques"

1 - La désaffection des institutions et des conventions pluralistes d’arbitrage

L’ordre politique postcolonial camerounais formellement inauguré avec la déclaration d’indépendance du Cameroun oriental en janvier 1960 avant le processus de Réunification avec le Cameroun occidental en octobre 1961, s’organise à travers la prise de contrôle des capacités souveraines d’invention politique par les "entreprises de conservation " associées à "la Présidence" de M. AHMADOU AHIDJO [PELLETIER in LACROIX, LAGROYE, 1992 : 84]. C’est qu’en effet des dynamiques de mobilisation (routinière) sont à l’œuvre qui montrent comment les calculs et les manœuvres du Président AHIDJO s’inscrivent dans une logique de domination exprimant des visées déterminées par le souci de contraindre les groupes politiques concurrents à " un processus de ralliement " à sa machine de pouvoir [BAYART, 1985 : 81]. Le processus politique institutionnalisé et organisé montre comment M. AHIDJO mobilise son contrôle de la Présidence pour préserver et/ou consolider la position privilégiée de ses réseaux dans la configuration de " la coalition gagnante " qui assure la direction politique de l’Etat camerounais [FLANAGAN, 1973 : 267 - 313]. Ce faisant, le leader de l’Union camerounais (M. AHIDJO) use de " l’avantage tactique" procuré par la maîtrise éminente des institutions gouvernementales dans un contexte politico-transactionnel et politico-organisationnel mettant en évidence "le manque de dynamisme des partis politiques" [LE VINE, 1984 : 276]. L’évolution tactique et stratégique des interactions et transactions mettant en scène et en acte les acteurs des coalitions politiques (au Cameroun oriental ou Cameroun français) s’est orientée vers une configuration nettement conflictuelle du pluralisme institutionnel. Cet état de choses fortement caractérisé par des aspects agonistiques se perçoit bien dans la stigmatisation du "gouvernement AHIDJO" comme étant un "régime très odieux de l’arbitraire et de la dictature" par l’un des leaders de l’opposition, M. André Marie MBIDA (leader du parti des Démocrates camerounais) [PRESSE DU CAMEROUN n° 2969 DU 14-03-60].

Une "analyse circonstanciée des pratiques" se révèle appropriée dans l’organisation d’une discussion sociologique et politologique des contraintes croissantes à l’institutionnalisation consistante de normes et de pratiques de coopération ordinaire entre M. Ahmadou AHIDJO et les leaders des formations politiques concurrentes [LACROIX , 1986 : 118]. C’est dans cette optique qu’il convient de procéder à une analyse des tractations et des transactions politiques, renvoyant à des perspectives concurrentes entre les organisations ou formations partisanes à propos de la constitution d’un "gouvernement inter-tendance" alors largement consentie par les différentes coalitions existant dans les arènes politiques pluralistes associées à l’ordre postcolonial émergent [JOHNSON, 1971 : 248]. La raison sociologique et politologique se doit de se déployer théoriquement et empiriquement pour étudier le travail de canalisation ou de neutralisation des institutions pluralistes qui donne lieu à une configuration monopoliste du "potentiel de gouvernement" associé à la "coalition dominante" dans l’espace politique du Cameroun post colonial naissant [DOBRY 1986 : 123] [FLANAGAN, 1973]. C’est qu’en effet, les réseaux de pouvoir associés au Président Ahidjo ont commencé à accumuler un nombre considérable de "chances de domination" afin de contrôler l’orientation et l’organisation de l’équipe gouvernementale dirigée par le Premier Ministre Charles ASSALE [ELIAS, 1985]. Un examen approprié des dynamiques du conflit politique entre les entrepreneurs de parti montre comment certains leaders des formations politiques d’opposition ont récusé les propositions de M. Charles ASSALE en vue de la constitution d’un " gouvernement de large union nationale " [BAYART, 1985 :84], [LA PRESSE DU CAMEROUN DU16.05.60]. C’est dans cette logique que M. BEBEY EYIDI, leader des Travaillistes va rejeter toute perspective d’entrée au gouvernement [LA PRESSE DU CAMEROUN DU 6 ET 7 / 08/60].

Ce faisant, le cours des transactions politiques va s’orienter vers une conflictualisation progressive et significative des dynamiques de concurrence entre les formations partisanes inscrites dans l'espace de la représentation pluraliste au Cameroun illustrée par l’échec des manœuvres initiées par les leaders de la branche légale de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) conduite par M. MAYI MATIP en vue de la formation d’un "front national uni" comme plate-forme politique garantissant une coalition gouvernemental élargie [LA PRESSE DU CAMEROUN DU17/10/ 60] [BAYART in JOSEPH, 1978 : 58].

La dynamique du pluralisme politique dans le Cameroun postcolonial naissant est confrontée à des problèmes fondamentaux de reproduction en raison du dissensus récurrent entre les différents partis en tant qu’"entreprises politiques", dont chacune est une " entreprise d’intérêts" qui "brigue les voix sur le marché électoral" [WEBER, 1959 – 135].

Des leaders de l’opposition comme Théodore MAYI MATIP ou le Dr Marcel BEBEY EYIDI refusèrent de participer au gouvernement dominé par l’Union camerounaise (UC), formation du président AHIDJO qui avait remporté 51 sièges sur 100 lors des élections législatives du 10 avril 1960 [RUBIN, 1971 : 101]. Des tensions fortes s’exprimèrent au sein de la "structure gouvernementale" du système politique en raison de ces divergences sur les règles du jeu [DOBRY, 1986].

C’est ce qu’illustre le discours (très polémique) de M. Barnabé MBALLA issu du parti des Démocrates camerounais, en qualité de doyen d’âge lors de la deuxième session de l’Assemblée Nationale en avril 1960 lorsque cette personnalité dénonça le sens "farouchement anticamerounais" de la politique conduite par le règne de M. AHIDJO , suspectant le président du Cameroun de ne pas être capable de construire un "Etat digne de ce nom" [BAECHLIN - RASPAIL, 1968 : 90]. Le contexte politique camerounais auquel renvoie ces critiques parlementaires extrêmes, souligne l’affaiblissement des possibilités de coopération entre les partis politiques évoluant dans le cadre encore prévalent des institutions pluralistes. Dans ces conditions, la régulation pluraliste de l’Etat camerounais comme "formation de monopoles" résultant de l’institutionnalisation politique de la "compétition sociale libre et éliminatoire" entre les différentes formations de parti, perdra progressivement ses capacités légitimes d’arbitrage du jeu politique [ELIAS, 1976 : 40].

2. La disqualification des cadres représentatifs et compétitifs de marchandage

Les tentatives de certains leaders des organisations de parti de l’opposition pour parvenir à "infléchir l’axe politique du gouvernement" en vue d’un rééquilibrage des forces dans la constitution d’une coalition dominante, vont s’avérer peu concluantes [DOBRY, 1986 : 144]. Un réexamen historiographico – sociologique de ces essais de coopération bien avisé de ce qu’il mobilise instrumentalement et expérimentalement les figures et les procédures de la rétrodiction et de la rétrospection, montre comment les initiatives telles que celles de M. MAYI MATIP en vue de créer les conditions gouvernementales d’une "véritable union nationale", s’appuyant de façon décisive sur l’UC et l’UPC présentées comme étant les deux partis politiques "les plus importants au Cameroun", vont échouer [ LA PRESSE DU CAMEROUN, n° 3125 DU 22.09. 60]. La dynamique pluraliste de l’échange politique camerounais va se trouver menacée par la consolidation croissante puis convergente de faisceaux d’anticipations orientées vers la monopolisation de structures gouvernementales, qui s’énoncent et s’expriment au sein de la coalition politique par le Président AHIDJO autour de la thématique du "parti national unifié" [BAYART, 1985 : 99]. Dans la perspective du chef de la coalition dominante, ces manœuvres sont opérées pour renforcer la position d’emprise de l’organisation politique de parti dont il est le patron, l’Union camerounaise, en réduisant les capacités d’autonomie des autres formations engagées dans le champ de la concurrence représentative au Cameroun. C’est dans cette optique qu’il convient de contextualiser les prises de position du leader de la coalition gouvernante envisagées dans l’examen historiographico-sociologique de la dynamique de fragmentation du pluralisme politique au Cameroun entre 1960 et 1962, prises de position exprimant une critique du "système parlementaire" présenté comme une formule institutionnelle "peu apte à répondre aux nécessités qu’impose la masse des décisions à prendre dans des délais de plus en plus limités" [BAESCHLIN– RASPAIL 1968 : 95].

La construction parlementaire de la représentation politique se trouve discréditée dans ce travail de production de visées monopolistes et monistes entendant relativiser l’implication des formations politiques de l’opposition dans les jeux de représentation qui s’opèrent dans "l’arène institutionnelle" [.DOBRY, 1986 : 125]. Cette entreprise de consolidation progressive d’anticipations relevant de l’antiparlementarisme dans la dynamique politique du Cameroun postcolonial, s’est développée à l’encontre de perspectives d’action préconisées par des opérateurs politiques comme ceux associés au groupe parlementaire de l’UPC favorables à une attitude pluraliste de   "respect des opinions politiques" et qui expriment encore en octobre 1961, leur soutien à l’adoption d’un "programme national minimum" [PRESSE DU CAMEROUN N° 3437 DU 6.10.61 : 1]. Les bases pluralistes du marchandage entre les coalitions politiques se trouvent affectées par le développement de visées monistes et monopolistes qu’il convient de prendre en considération tout en préservant un regard critique dans la conduite de l’analyse, afin de parvenir à un examen sociologique et historiographique pertinent de cette dynamique qui renvoie à une "lutte contre l’optique imposée par les sources"[VEYNE, 1971 : 151]. Il s’agit alors d’entreprendre une élucidation socio-politologique de la dynamique politique du Cameroun postcolonial émergent qui ne s’accommode pas épistémologiquement d’une perspective acritique relevant de l’"histoire-traités et batailles" [VEYNE, 1971]

Par l’examen des dynamiques de disqualification des institutions politiques représentatives dans les champs naissants de pouvoir postcolonial, il convient de réinterroger sociologiquement les (re) constructions du cours historique des luttes entre les coalitions politiques telles que celles regroupées autour de l’UC, du PDC ou de l’UPC qui sont interprétées de façon péremptoire comme des manifestations d’un état de choses justifiant le point de vue selon lequel "le parlementarisme ne peut être utile" [BAESCHLIN – RASPAIL, 1968 : 97]. L’analyse sociologique et politologique se doit de mobiliser d’importantes capacités critiques pour procéder à une objectivation sine ira et studio du cours historique des transactions politiques qui révèle progressivement des logiques favorisant la fragilisation des tentatives d’institutionnalisation du gouvernement représentatif dans le Cameroun postcolonial naissant. Les calculs politiques hégémoniques de la coalition dominante du président AHIDJO – qui s’appuyait sur la prédominance de l’Union camerounaise dans les institutions parlementaires de représentation (légitime et officielle) - vont s’articuler autour de la perspective d’un "grand parti national" susceptible de verrouiller les jeux de pouvoir dans l’Etat postcolonial [AHIDJO 1969 : 162]. Ces pratiques de monopolisation des institutions représentatives vont remettre en question les normes libérales et pluralistes d’énonciation et d’organisation politiques de "l’ordre du discours" [FOUCAULT, 1981]. C’est dans cette optique que l’analyse politique de la conjoncture historique visée se doit de prendre en compte la forme tactique d’atténuation expressive des visées monopolistes (reconverties en calculs oligopolistes) qui apparaissent dans des prises de position comme celles du Premier Ministre ASSALE qui souhaite que ce paysage politique comporte "un minimum possible de partis" tout en récusant "le parti unique" comme situation extrême [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3243 DU 10.02.61]. La coalition dominante conduite par le Président AHIDJO s’organisa en vue de coloniser un nombre significatif et décisif de lieux politiques de représentation créant les possibilités d’organisation d’une domination bureaucratique disqualifiant "l’existence d’une multitude de partis" de façon à légitimer les manœuvres de monopolisation de l’activité gouvernante par la stigmatisation de " l’existence de plusieurs partis" comme un état de choses "allant à l’encontre de l’objectif qui tend à réaliser l’unité nationale" [CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT AHIDJO DU 11.11.61 YAOUNDE :3]. La situation politique camerounaise de 1960 –1961 montre comment les visées monopolistes d’organisation et de mobilisation des institutions légitimes et officielles vont prendre une part importante dans "la captation des calculs" chez les opérateurs de parti concernés par "la logique sociale" des "secteurs" constitués autour des systèmes d’interaction politique [DOBRY, 1986 : 103].

3 . La déstabilisation des codes de la concurrence et l’étatisation des secteurs politiques

L’interaction politique dans l’ordre étatique postcolonial camerounais est caractérisée par le développement d’anticipations monopolistes particulièrement mises en évidence dans la démarche des acteurs de la coalition dominante construite autour de l’Union camerounaise, le parti présidentiel. Une relecture socio-politologique de la conjoncture historique étudiée montre comment le pluralisme politique institutionnel mis en valeur dans les règles du jeu en tant que "règles officielles", fait l’objet de manœuvres de canalisation et de neutralisation relevant de "règles pragmatiques" [BAILEY 1971 : 17 –20]. C’est dans cette optique que l’on peut mobiliser la raison politologique pour affiner le constat historien selon lequel "AHIDJO avait pris des mesures pour désarmer politiquement les divers partis d’opposition au Cameroun", pour comprendre au -delà d’une posture événementialiste, les opérations et transactions socialement constitutives et constructrices des dynamiques de monopolisation de la vie politique [NGOH, 1990 : 202 –203]. C’est en effet à travers une reconstruction sociologico-critique de "l’histoire-savoir" portant sur un examen de la genèse pluraliste de l’ordre politique postcolonial émergent au Cameroun, que l’on peut réviser la compréhension des événements renvoyant à "l’histoire-temps" [SERRES in LE GOFF , NORA, 1974 : 298]. Une telle démarche socio-politologique permet de rendre compte de la complexité pratique et stratégique d’acteurs comme Charles ASSALE – un des leaders du Mouvement d’Action Nationale Cameroun (MANC) - allié à M. AHIDJO et qui s’est opposé à la perspective du parti unique avant de s’en rapprocher en cautionnant l’idée d’un "parti national" dont la formation (éventuelle) s’avérait favorable aux intérêts politiquement dominants de l’UC du Président AHIDJO [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3243, 1960 :1]. C’est que les opérateurs politiques d’opposition sont confrontés aux logiques oligopolistiques d’accumulation du pouvoir institutionnel et officiel qui bénéficient aux acteurs de la coalition dominante de M. AHIDJO engagés dans des "configurations" socio-politiques utilisant l’accès privilégié aux "monopoles de pouvoir" liés à l’Etat pour circonscrire les chances électorales d’alternance susceptibles de profiter aux autres formations comme "unités de puissance" légitimées par les règles pluralistes de concurrence politique [ELIAS , 1976]. Les calculs hégémoniques de la coalition dominante dont l’ossature politique est construite autour de l’UC s’aperçoivent dans "l’attaque frontale " lancée par ses représentants contre "l’appareil du parti" de l’UPC légale [BAYART in. JOSEPH , 1978 : 59].

Ce faisant, les différents agents et représentants associés à la coalition dominante du Président AHIDJO orientent leurs conduites dans un sens où "ces opérations construisent l’hégémonie d’une Présidence désormais devenue source de sens et puissance de légitimation" [PELLETIER in LACROIX , LAGROYE, 1992 : 91 –92].

Les acteurs associés à la coalition dominante vont mobiliser les ressources offertes par la maîtrise du jeu gouvernemental pour canaliser les possibilités d’organisation et d’action opérant au profit des entreprises politiques concurrentes. De telles conduites seront mises à l’œuvre par les opérateurs dominants de la structure gouvernementale pour disqualifier les acteurs de l’UPC légale : "Le gouvernement dans le souci de sauvegarder les impératifs vitaux du pays qui tiennent à la fois à l’exercice des libertés publiques et aux nécessités du maintien de l’ordre public a ordonné la dissolution du troisième congrès de l’Union des populations du Cameroun" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3526 DU n° 23 –01 –62 :1]. En mobilisant les moyens officiels de coercition contre les agents et les représentants de l’UPC légale, les acteurs de la coalition dominante sont déterminés dans leurs conduites par des calculs monopolistes et minimisent délibérément les perspectives de négociation politique avec des opérateurs d’un parti d’opposition comme M. EMAH OTU de l’UPC légale qui avait pourtant condamné "la politique du tout ou rien" suivie selon lui par les leaders des courants concurrents de cette formation qui constituaient "l’UPC en exil" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3522 DU 18.01.62 : 1]. Ces logiques d’organisation du jeu pluraliste dans l’espace étatique du Cameroun évoluent en effet vers la consolidation d’un contexte tactique et stratégique au sein duquel "la Présidence œuvre d’abord à s’assurer une position de monopole dans la donation de la valeur politique" [PELLETIER in LACROIX , LAGROYE , 1992 :91]. C’est dans cette optique qu’il convient d’apprécier sociologiquement la rhétorique d’ordre transparaissant dans la Conférence de presse du 11 Novembre 1961 à l’occasion de laquelle M. AHIDJO affirmait habilement ses visées monopolistes en disant "qu’il est souhaitable qu’au Cameroun il y ait un grand parti, un grand mouvement unifié" [A.P.A.O. LETTRE OUVERTE 1962].

En adoptant cette position, le chef de la coalition dominante inscrivait son action dans une démarche monopoliste opérant en faveur de la captation quasi-exclusive des positions de représentation officielle par l’U. C et entendait tirer profit de ressources d’action garantissant "l’utilité pour le parti d’une agitation politique unifiée" [WEBER, 1959 : 139]. La montée en puissance du discours d’ordre énoncé par les acteurs de la coalition dominante de M. AHIDJO se trouvait confortée par la persistance de logiques politiques montrant comment l’Etat postcolonial camerounais était menacé par une situation de "souveraineté multiple" [DOBRY, 1986: 63 et suivant]

B- LUTTES DE DOMINATION ET DEFICITS DE LEGITIMATION

L’analyse socio-politique de la conjoncture historique de 1960 –1962 dans les champs émergents de pouvoir postcolonial au Cameroun ne saurait être pertinente si elle faisait l’impasse sur la façon dont la structuration pluraliste des lieux officiels et légitimes de la représentation politique y est fragilisée par la persistance de contraintes d’actions renvoyant à des logiques relevant souvent de la "guerre intérieure" [ECKSTEIN , 1964]. Une discussion sociologico- historiographique sur l’évolution du jeu politique camerounais du début des années 1960 ne saurait sans préjudice épistémologique négliger l’examen des conditions d’institutionnalisation et de légitimation de la puissance étatique comme "monopole public" contrôlé par  des "institutions centrales" [ELIAS, 1976 : 43]. Les agents et les représentants de la coalition dominante contrôlant les structures gouvernantes vont en effet conforter leurs calculs monopolistes en accusant par exemple les dirigeants (modérés) de l’UPC d’avoir "cautionné publiquement la rébellion" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3526 DU 23- 01- 62 : 1]. A l’analyse, il convient d’étudier la "situation de souveraineté multiple" et la "surcharge coercitive" y liée, puis d’examiner " la gestion régalienne des luttes pour la domination centrale" et "la construction prétorienne d’un jeu socio-politique tend" et d’évoquer enfin le "processus de délégitimation de l’économie du consentement démocratique".

1. L’expansion critique de la souveraineté multiple et l’inflation coercitive dans les arénes politiques

L’analyse sociologique et politologique des jeux de pouvoir dans l’Etat postcolonial naissant au Cameroun ne saurait éluder les circonstances historiques dans lesquelles le "régime démocratique" s’est organisé, circonstances montrant comment des groupes politico - militaires ont choisi l’option de la lutte armée pour contester la gestion de la souveraineté étatique par "une administration monopoliste" dirigée à partir de février 1958 par M. AHIDJO [ELIAS, 1976 : 43]. L’on ne saurait cerner avec justesse les contraintes pesant sur la configuration démocratico-représentative des arènes politiques au Cameroun, si cet examen socio-politologique faisait l’impasse sur le contexte de la lutte pour et autour de l’enjeu stratégique de la souveraineté. L’on ne saurait comprendre autrement les logiques politiques exprimées dans le discours d’ordre de l’administration monopoliste camerounaise criminalisant la violence produite par les maquisards de l’UPC à l’instar de M. SADOU DAOUDOU stigmatisant ceux-ci comme étant des "chefs de bande", des "criminels égarés qui ayant pris goût au banditisme, à la rapine, commettent de temps à autre des assassinats, des enlèvements et allument des incendies" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3597 DU 17-04-62]. Le propos de ce représentant attitré des autorités officielles en sa qualité de ministre des forces armées relève des stratégies discursives déployées pour rappeler et préserver au profit de l’Etat camerounais, "le monopole de la violence physique légitime" dans un contexte où des groupements politiques comme l’UPC contestent militairement les organes centraux de cet Etat et refusent d’en tenir "la violence physique pour le moyen normal du pouvoir" dans le Cameroun postcolonial naissant [WEBER, 1959 : 100-101]. C’est en tenant compte de cet état de choses qu’il convient de comprendre historiquement le déploiement politico-stratégique gouvernemental pour parer à toutes les manœuvres coercitives contestant sa maîtrise de la souveraineté, en instrumentant des hypothèses sociologiques compréhensives soulignant "la valeur de l’histoire" sans sacrifier à la vénération de "la vieille idole de l’histoire politique" [MARROU, 1975 : 58] .

L’analyse historico-critique et historico-empirique des luttes de souveraineté dans le Cameroun postcolonial naissant doit permettre de comprendre comment " le gouvernement va riposter à la rébellion " et "pratiquer une répression, sans doute excessive, avec l’aide des troupes françaises restées au Cameroun" [BAYART, 1985 :90]. C’est dans ce contexte de lutte politico-militaire pour l’hégémonie qu’il convient de situer le discours d’ordre des officiels camerounais à l’instar de M. SADOU DAOUDOU s’adressant aux forces armées de l’Etat postcolonial : "Sachez qu’en luttant pour le maintien de l’ordre vous combattez pour l’indépendance et la liberté au Cameroun" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3254 DU 21 –01 –62]. Le regard sociologico-critique sur les défis de souveraineté imposés au pouvoir central camerounais (conduit par M. AHIDJO) du fait de l’action des groupes politico-militaires liés aux courants radicaux de l’UPC, se doit de faire comprendre comment "l’administration de monopole" qui dispose de la puissance étatique postcoloniale va affirmer sa prévalence[ELIAS, 1976 :42]. C’est dans cette perspective que l’on peut utilement mobiliser les remarques socio-historiographiques selon lesquelles c’est "l’armée camerounaise qui, à partir de 1961 prend rapidement le relais des forces françaises d’intervention" pour conduire les campagnes militaires devant parvenir à la suppression de la lutte armée par les groupes rebelles se réclamant de l’UPC [OLAMA OMGBWA,1983 : 203]. L’examen des "corrélations événementielles" ici envisagé à partir du conflit politique de 1962 au Cameroun se réfère (toujours) à une "étude sociologique des formations sociales" à même de cerner simultanément les logiques qui activent les "poussées de centralisation du pouvoir étatique" correspondant à la genèse historique de l’âge postcolonial [ELIAS, 1985: XXX- XXXI]

L’analyse critique et empirique du conflit politique postcolonial camerounais de 1962 se doit ainsi de cerner les logiques favorisant le développement d’une situation de "double pouvoir" ainsi que les procédures officielles mises en œuvre pour bloquer la généralisation de ces configurations de "double souveraineté" [DOBRY, 1986 : 63] [BRINTON, 1965 :132 –137]. Les représentants de la coalition dominante conduite par M. AHIDJO allaient instrumentaliser les effets contraignants de la violence insurrectionnelle des groupes armés se réclamant au besoin d’une " politique de la force" selon le mot de M. KAMDEM NINYIM qui exprimait sa réserve vis-à-vis des pleins pouvoirs accordés alors à M. AHIDJO en 1959 dans un contexte marqué par la prolifération des menaces terroristes. La stratégie de monopolisation mise en œuvre par les associés de M. AHIDJO au profit de leur patron correspondra à ce que l’un de ses biographes attitrés envisageant cet épisode historique, appellera "le rouleau compresseur de l’UNC" [GAILLARD, 1994 :116]. En examinant le conflit politique de 1962, il ne s’agit pas de le considérer dans la forme classique de "l’événement " imaginé par l’histoire historisante mais d’y cerner aussi ce qui est "producteur de structure" dans une logique sociologique et historiographique intéressée par  "le repérage d’une véritable dialectique structuralo-événementielle ou socialo-politique" [ JULLIARD in LE GOFF, NORA, 1974 :320]. L’on ne pourrait comprendre les logiques politiques de "l’emprisonnement des leaders de l’opposition en 1962" sans faire une place à l’analyse de l’instrumentalisation des moyens officiels de coercition par la coalition au pouvoir du Président AHIDJO [BAYART,1985 :123]. Un examen des processus à l’œuvre montre comment la situation politique de 1962 évoluait vers une configuration caractérisée par "la valeur accrue des ressources (et de l’arène) coercitives" [DOBRY,1986 :131]

2. La compétition régalienne pour la domination centrale et la construction prétorienne d’un jeu socio-politique tendu

L’examen du conflit politique de 1962 ne peut faire l’objet d’une objectivation socio-politologique consistante que si l’on si intègre l’analyse des échanges et luttes s’opérant dans les champs émergents de pouvoir postcolonial au Cameroun au sein de l’étude d’une formation sociale constituée autour de la prévalence du "commandement" déterminant la transformation autoritaire des monopoles étatiques de domination en situation de postcolonie [MBEMBE 1995] L’on ne pourrait rendre compte de l’entreprise de concentration politique conduite par M. AHIDJO et ses associés sans examiner et élucider une logique monopoliste et moniste visant "à l’absorption de ses partenaires gouvernementaux dans et par l’UC" [BAYART in JOSEPH, 1981 : 59]. Ce faisant, "l’ équipe présidentielle" entend procéder à une préemption des ressources politiques de réseaux même concurrents et "œuvre à restaurer sous sa tutelle leurs monopoles passés" [PELLETIER in LACROIX, LAGROYE, 1992 : 88]. Les calculs monopolistes qui organisent les perspectives d’action des groupements politiques associés à la coalition dominante du Président AHIDJO sont sublimés et légitimés par les discours d’ordre tel que celui que tient l’UC (le parti présidentiel) lorsqu’elle "demande avec insistance aux pouvoirs publics de mener sans défaillance une action énergique contre les auteurs de troubles, leurs complices, et tous ceux qui, en suscitant les haines, les diversions en répandant de fausses nouvelles en manifestant une solidarité intellectuelle, matérielle ou morale aux acteurs directs ou indirects des troubles se posent en ennemis de l’unité nationale" [PRESSE DU CAMEROUN N° 3664 DU 11.07.62 : 4].

Ce travail politique construit progressivement les logiques monopolistes et unanimistes d’un fonctionnement social qui met en valeur le commandement et se rapproche de "la formation sociale particulière" qu’est " la société de cour" [ELIAS, 1985 : XXIX]. L’optique de recherche sociologique ici mise en œuvre réinscrit l’histoire politique dans l’examen des problèmes relevant de l’étude des formations sociales qui exigent une analyse fine des documents sélectionnés. En s’appuyant sur certaines sources- il s’agit en l’occurrence d’un témoignage par un haut- commis de l’Etat postcolonial camerounais ayant longtemps travaillé dans les antichambres du pouvoir - l’analyse sociologique peut mobiliser ce document qui - à propos des jeux de pouvoir - évoque "la vie, les mœurs de la cour" et décrit " comment tous les dignitaires du régime se pressent au grand ou au petit salon (principaux membres du Comité -Directeur du parti présent à la capitale, ministres de tous ordres, députés de la région, commissaires généraux assimilés, quelques hauts fonctionnaires, des affidés qui n’ont pas de fonction bien déterminées)" [KUOH, 1990 : 115]. Ce document qui fait référence à la cristallisation des conduites opérées en fonction d’une "étiquette de cour", montre comment s’inventent progressivement au sein des "formations élitaires" de la société étatique camerounaise, des dispositions favorables à l’évolution vers un régime de parti unique comme forme politique se rapprochant du "gouvernement absolutiste" [ELIAS, 1985].

Dans l’examen de la conjoncture historique du conflit politique de 1962 au Cameroun, on peut conjecturer que "la sociologie intervient surtout en introduisant une plus grande précision de pensée qu’il est habituel en histoire" [BARRACLOUGH 1980 : 102]. Les modèles théoriques élaborés par la sociologie peuvent aider à affiner les questionnements historiens relatifs à "l’effondrement des partis d’opposition et la désagrégation de plusieurs groupes parlementaires" comme logiques événementielles fonctionnant au profit des opérateurs politiques de la coalition dominante sans que l’on mette en œuvre une lecture téléologique peu contrôlée de leur travail de monopolisation interprété comme "un effort concerté" de la part du gouvernement de l’UC à mener le pays vers un gouvernement à parti unique, tendance qu’Ahmadou AHIDJO observait avec satisfaction dans les Etats africains tant francophones qu’anglophones" [LE VINE, 1984 : 274]. Afin d’affiner cette interprétation des dynamiques monopolistes d'accumulation du pouvoir politique du Cameroun postcolonial, il convient de solliciter des figures et des procédures relevant d’une "histoire des structures" remodelant "l’évolution de la problématique historienne" et permettant de comprendre de façon plus pertinente le processus de monopolisation de la puissance étatique conduite par la coalition gouvernante menée par M. AHIDJO comme un acteur lui-même inscrit dans "un réseau de contraintes" [CHARTIER in ELIAS, 1985 : II]. C’est selon cette perspective sociologique qu’il convient d’examiner les transactions et les tractations politiques à l’issue desquelles " les leaders de l’UC [Union Camerounaise] et du KNDP [Kamerun National Democratic Party] ont constaté … leur complète identité de vue sur tous les problèmes nationaux et sur les objectifs à atteindre ", ces opérateurs entendant consolider leurs positions dans la lutte entre les partis camerounais pour l’hégémonie [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3607 DU 30.04 au 01.05.62 : 1 et 2].

L’on ne saurait élucider sociologiquement la consécration politique et historique de l’entreprise de domination conduite par le Président AHIDJO sans noter comment "la maximation de ses pouvoirs tant au plan des institutions qu’à celui des forces politiques" s’inscrit dans une dynamique collective d’interaction et de transaction où les acteurs de la coalition gouvernante tirent profit du contrôle des positions officielles de pouvoir [BAYART, 1985]. Dans un contexte politique et stratégique marqué par la récurrence de menaces liées aux dynamiques de souveraineté multiple, les élites de pouvoir du Cameroun postcolonial naissant ont usé pour construire leur hégémonie politique, des instruments prétoriens mobilisés sur la base d’une "véritable loi organique de l’état d’urgence" avec le décret n° 60/052 au 7 mai 1960 et le décret n° 05 du 4 octobre 1961 [EYINGA in JOSEPH, 1978: 100 - 101]

3 - La délégitimation de l’économie politique du consentement démocratique

Le contexte de l’interaction stratégique entre les différentes organisations sociopolitiques ( opérant dans le cadre "d’un système institutionnel" caractérisé par des règles pluralistes de jeu) est marqué par le déploiement de logiques monopolistes susceptibles de déstabiliser la compétition politique dans le Cameroun postcolonial naissant [SCHUMPETER, 1983]. Les dynamiques de l’interaction politique à l’œuvre dans les arènes institutionnelles de l’Etat postcolonial émergent du Cameroun, sont particulièrement entre 1960 et 1962, caractérisées par l’intensité de "la lutte entre l’exécutif et le législatif" [BAESCHLIN –RASPAIL, 1968 : 96]. C’est en effet dans le cadre de cet affrontement que certains entrepreneurs politiques s’investissent dans un travail de spéculation contre les " liquidités politiques " associées aux normes du parlementarisme [ILCHMAN, UPHOFF, 1969 : 30]. C’est dans cette optique que le Président AHIDJO contribue à la disqualification du parlementarisme privilégiant une perspective étatiste de configuration des institutions : "Devant la progression grandissante des missions confiées à l’Etat le système parlementaire, peu à peu recule ou s’est altéré à tel point qu’on ne le reconnaît plus guère dans le monde actuel. Chez nous en Afrique il n’a pas survécu là où des exemples venus des anciennes métropoles l’avait implanté. Il s’est révélé en effet peu apte à répondre aux nécessités qu’impose la masse des décisions à prendre dans des délais de plus en plus limités" [BAESCHLIN – RASPAIL, 1968 : 94]. Cette prise de position exprimée dans le discours politique prononcé par M. Ahmadou AHIDJO devant l’assemblée législative en sa qualité de chef de l’Etat Camerounais le 10 août 1961, relève d’une perspective de placement politique dans laquelle les "intérêts discursifs" s’organisent explicitement autour d’un pari contre les conventions et les transactions correspondant au parlementarisme [BOURDIEU, 1981]. Les anticipations politiques qui s’expriment dans cette logique contribuent à la mise en forme de lignes d’action privilégiant des calculs favorables à la déconstruction du système politique compétitif camerounais par des dynamiques orientées vers l’institutionnalisation de rapports de pouvoir dominés par un "parti monopoliste" [OFFERLE, 1987 : 4]. L’"équipe politique" constituée autour du Président AHIDJO comme leader s’engage dans un ensemble d’opérations et transactions visant à favoriser ou à consolider la préemption des ressources nationales ou locales de représentation politique selon une logique d’action fragilisant l’équilibre parlementariste des institutions [BAILEY, 1971].

Les perspectives d’action privilégiées par les acteurs de la coalition politique dirigée par le Président AHIDJO vont se développer dans le sens du renforcement de leur contrôle sur les institutions publiques en tant que ressources centrales dans le jeu politique. C’est dans cette optique qu’il convient de contextualiser historiquement et politiquement la rhétorique développée par le leader de l’Etat camerounais postcolonial autour de "l’union des partis" et de la formation d’un "grand mouvement national" constitutif d’"un grand parti unifié" [ LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3633 DU 04.06.62 : 1 et 4].

Ces pratiques expressives et discursives s’inscrivent dans un travail politique de remise en question de la crédibilité et de la plausibilité des institutions de démocratie représentative et parlementaire du Cameroun postcolonial, au moment même où cette formation étatique est confrontée aux problèmes de coordination et d’intégration posés par la construction d’une fédération associant le Cameroun oriental (indépendant depuis janvier 1960) avec le Cameroun occidental entre février et octobre 1961.

Les dynamiques de déstabilisation et de désorganisation du système politique compétitif existant dans la société étatique postcoloniale camerounaise entre 1960 et 1962, vont activer ou réactiver des processus de délégitimation du système institutionnel pluraliste, favorisant le redéploiement des transactions et des conventions vers des perspectives orientées vers "l’instauration d’un régime de parti unique" et vers la construction monopoliste du sens de "la fortification croissante du pouvoir fédéral" [BAYART, 1985 : 109]. Les acteurs dominants du jeu politique associés à la coalition gouvernementale contrôlée par l’U. C, le parti de M. AHIDJO, mobilisent la maîtrise des institutions pour agir dans le sens d’une monopolisation organique du système étatique déconstruisant les structures et les procédures politiques qui associent alors le Cameroun au système des "Etats parlementaires" [ELIAS, 1990 : 219]. Ces manœuvres et ces menées politiques s’inscrivent dans une perspective stratégique considérant le "principe du parti unifié" comme condition fondamentale d’une démarche politique soucieuse d’une "unité nationale véritable", comme but qui requiert "d’éliminer la multiplicité des partis" au profit d’un seul et même "groupement politique" considéré comme "front commun pour la construction nationale" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3619 DU 17.05.62 : 1]. Les transactions de l’UC et du KNDP (Kamerun National Democratic Party, la formation de M. John NGU FONCHA) en vue de la constitution d’un groupe parlementaire unique à l’Assemblée Nationale Fédérale participent de la mise en place de règles politiques pragmatiques orientées vers le monopolisme et infléchissant "l’économie politique du consentement"vers des logiques défavorables à la démocratie représentative [DOBRY,1986 : 276].

II – LA TRANSFORMATION MONOPOLISTE D'UN CONFLIT POLITIQUE COMME DYNAMIQUE SOCIO-HISTORIQUE

L'étude socio-politologique de la dynamique historique de l'Etat postcolonial camerounais se doit de s'appuyer sur une socio-analyse réflexive et compréhensive des ""mœurs politiques" des politiciens camerounais" permettant de cerner l'évolution des "partis politiques proprement camerounais" vers des configurations subvertissant les logiques pluralistes et concurrentielles de l'échange politique entre 1960 et 1962 [ZANG-ATANGANA, 1989-1:75-76]. Pour comprendre les mouvements configurant et reconfigurant les champs du pouvoir postcolonial camerounais politico-juridiquement structuré par le cadre institutionnel du gouvernement représentatif et compétitif, il convient d'en conduire l'examen analytico-empirique et synthético-dialectique de telle façon "que la démarche sociologique vienne compléter la démarche historique" [ELIAS, 1985: LXXV].

Procéder à un tel examen politologique à même de cerner la socio-dynamique des rapports étatiques et politiques de domination, commande de prendre en considération les logiques de (la) genèse s'exprimant à travers "les facteurs qui façonnent la politique du Cameroun" en étant attentif à "leurs mutations au cours des temps" selon une optique analytique également sensible aux logiques de(la) métagenèse et de (la) diagenèse [LE VINE, 1984:16]. Une telle démarche invite à analyser sociologiquement les "compromis de régulation" et les "solutions de coordination" (A) avant d'étudier les "logiques de consolidation" et les "techniques de stabilisation"(B).

A - COMPROMIS DE REGULATION ET SOLUTIONS DE COORDINATION

L'analyse socio-politologique du conflit de 1962 comme moment de réorientation et de réorganisation de la gouvernabilité postcoloniale au Cameroun ne saurait être pertinente si elle excluait l'examen des logiques monopolistes à l'œuvre dans la construction sociopolitique et économico-politique de "compromis institutionnalisés" (plus ou moins élargis) intervenant dans la fixation initiale (puis normale) de l'autoritarisme [ROBERT, DELORME. 1983]. Ce faisant, l’analyse entend cerner la dynamique historique des jeux de pouvoir qui s'opèrent et s'organisent dans le conflit politique de 1962 se présentant sous la forme de "l'événement" comme "figure du passé" construite par "l'opération historique" (en tant qu'acte historiographique) qui "consiste à découper le donné selon une loi présente qui se distingue de son autre passé" [DE CERTEAU in LE GOFF, NORA, 1974 : 33]. La raison socio-politologique qui entreprend d'objectiver le conflit de 1962 comme moment décisif dans le processus de monopolisation autoritaire des rapports de domination au sein de l'espace postcolonial au pouvoir au Cameroun commande d'être attentif à cette situation, afin d'éviter de céder à l'illusion historiographique et historiciste dans l'examen de "la présidentialisation du régime et l'établissement d'un parti dominant" [BAYART, 1975: 21]. Il convient alors d'examiner et de discuter "la régulation bureaucratico-présidentielle et monocratico-gouvernementale" ou "la mobilisation de l'échange néo-patrimonial dans la coordination monopoliste" et enfin "l'institutionnalisation pontificale des stratégies charismatiques présidentielles".

1.  La régulation bureaucratico-présidentielle et monocratico-gouvernementale comme solution institutionnelle

Les luttes de pouvoir qui s'opèrent dans le champ étatique de domination à l'âge postcolonial entre les acteurs politiques concurrents des Cameroun oriental ou occidental, comportent parmi leurs enjeux stratégiques, le problème du contrôle des processus de "canonisation des institutions" qui vont progressivement s'orienter vers la présidentialisation du régime fédéral [LACROIX in LACROIX, LAGROYE, 1992:59]. Dans un contexte sociopolitique de crise de la souveraineté, le leader de la coalition au pouvoir et ses associés vont solliciter et mobiliser des ressources coercitives contribuant à la consolidation d'un "Etat prétorien", de façon à garantir une institutionnalisation minimale de l'ordre politique en postcolonie camerounaise [HUNTINGTON, 1968]. Les démarches politiques monopolistes mises en œuvre par les opérateurs de l'U.C. pour disqualifier les "politiciens investisseurs" concurrents de l'UPC légale, du PDC, du PSC ou de l'Action Nationale, entendent consacrer ou consolider l'emprise des acteurs de la coalition gouvernante sur les lieux de la souveraineté [LACAM, 1988].

Et les acteurs du groupe au pouvoir vont habilement mobiliser et instrumentaliser la situation de lutte de souveraineté créée par les mobilisations politico-militaires associées aux différents foyers de guérilla se réclamant de l'UPC radicale, en pays Bamiléké ou Bassa. Ce faisant, les opérateurs politiques du pouvoir postcolonial regroupés autour de M. AHIDJO investissent dans une logique de compression et de répression des transactions pluralistes et concurrentielles s'appuyant sur les moyens officiels de domination combinés de l'Etat et du parti gouvernant pour renforcer "l'effondrement des partis d'opposition et la désagrégation de plusieurs groupes parlementaires" [ LE VINE, 1984: 294]. C'est en s'inscrivant dans une telle perspective que les acteurs vont mobiliser autour du mot d'ordre conservateur du "parti unifié" pour conduire des manœuvres politiques - bien mises en évidence à partir de novembre 1961-contribuant à "l'absorption de ses partenaires gouvernementaux "par l'UC", la formation présidentielle parvenant ainsi obtenir le "ralliement de la majorité de 'l'Action nationale et du Front Populaire pour l'Unité et la Paix" [BAYART in JOSEPH, 1978:59]. Le leader AHIDJO et les opérateurs associés à son équipe politique vont instrumentaliser les ressources de "la politique de machine" ou du "machinisme" pour assurer leur préemption sur les institutions officielles et légitimes de la démocratie représentative au Cameroun comme système politique compétitif s'appuyant sur la libre-concurrence entre les entreprises de mobilisation et d'organisation que sont les partis politiques [OSTROGORSKI, 1979]

Les démarches monopolistes mises en œuvre par les entrepreneurs politiques qui contrôlent le "marché électoral" au Cameroun s'aperçoivent dans le travail de concentration des ressources institutionnelles et transactionnelles de pouvoir effectué par les "représentants du parti majoritaire au Cameroun oriental, le KNDP et le parti majoritaire au Cameroun oriental, l'Union Camerounaise" à travers l'institution d'un "comité de coordination" entre ces partis et leur association au "niveau de l'Assemblée Fédérale" dans "un groupe unique" [LA PRESSE AU CAMEROUN no. 3633 DU 04-06-62:1et 4]. Les opérateurs de l'UC et du KNDP coalisent pour confiner et contrecarrer les groupes politiques concurrents, procédant à un travail politique de canalisation des logiques de compétition s'appuyant sur l'énonciation et l'organisation des "modèles captifs de pouvoir" [OWONA NGUINI, 1994:6]. C'est selon cette logique de concurrence monopolistique que les entrepreneurs politiques de l'UC et du KNDP vont organiser une entente destinée à préserver leur gestion et leur direction des sphères gouvernementales respectives du Cameroun oriental et du Cameroun occidental. Ces calculs monopolistes sont bien mis en évidence par le Président AHIDJO lors qu'il s'exprime ainsi qu'il suit lors d'une visite au Cameroun occidental en juin 1962: "l’UC, le parti majoritaire au Cameroun oriental, a réaffirmé son désir d'union et indiqué aux partis minoritaires et aux masses qu'il était prêt à réunir tous les Camerounais pour former avec eux d'abord au Cameroun oriental un grand parti unifié. Je sais qu'au Cameroun occidental, il existe le même désir chez les leaders et les population. Il appartient au parti majoritaire du Cameroun occidental de réaliser dans les faits avec les autres partis ce qu'il exprime dans les paroles et les écrits" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3633 DU 04.06.62, 1et 4].

Les dynamiques de l'interaction politique vont évoluer vers une entreprise de monopolisation des arènes institutionnelles bien illustrée par les menées des acteurs dominant la coalition de pouvoir regroupée autour de M. AHIDJO qui s'est imposé comme "leader transactionnel" des groupes coalisés orientés vers une étatisation des "règles du jeu" leur offrant des chances consolidées de contrôle des positions stratégiques dans la structure gouvernementale [BAILEY, 1971]. Les logiques politiques de transaction seront progressivement modelées selon les démarches de puissance mises en œuvre chez le Président AHIDJO mobilisant les différentes "unités de domination" qui sont associées à son entreprise de représentation et de direction déterminée par les objectifs de l'appropriation des lieux étatiques comme acquisition d'un "monopole de domination" doté d'une "forme personnelle" (ou d'une forme interpersonnelle) dans les champs de pouvoir postcolonial au Cameroun [CHARTIER in ELIAS, 1985: XVII]

L'on ne saurait comprendre l'entreprise conduite par le Président AHIDJO en vue de "la maximisation de ses pouvoirs, tant au plan des institutions qu'à celui des forces politiques", sans faire l'analyse socio-politologique du processus historique de monopolisation qui s'y joue et dont l'affirmation symbolique et stratégique de la centralité de la Présidence est l’un des enjeux capitaux [BAYART, 1985:99]. M. AHIDJO et ses alliés politiques soucieux de consacrer et de consolider la centralité de la Présidence même dans le contexte de la Réunification de la République du Cameroun (devenue Cameroun oriental) et du "Southern Cameroons" (devenu Cameroun occidental) menée entre février et octobre 1961, ont toutefois su passer les compromis nécessaires pour concilier "le régime parlementaire jusque là prédominant dans les institutions politiques camerounaises" et "la prédominance des institutions fédérales" [qui] "renforce le leadership présidentiel sur la marche des affaires de la République" [MBARGA, 1982 : 25]. Ce faisant, les opérateurs dominants de la coalition politique au pouvoir dans la formation étatique fédérale du Cameroun agissent en faveur de l'institutionnalisation progressive d'un "Etat présidentiel et gouvernemental" [SCHMITT, 1990]. La dynamique politique du Cameroun postcolonial marquée par les luttes de souveraineté associées à la contestation des acteurs gouvernementaux au moyen du terrorisme des maquisards, va évoluer vers l'émergence de calculs permettant aux acteurs de la coalition dominante d'envisager le parti unifié (ou unique) comme moyen d'inverser les logiques d'instabilité liées à la formation d'un conflit entre le pouvoir et l'opposition, à "la fabrication d'une crise" (entre novembre 1961-juin 1962) qu'il convient d'examiner sans céder à l'illusion rétrospective [BAYART, 1975: 65 et s.] . Il s'agit, dans cette perspective d'user de techniques autoritaires et anti-parlementaires de domination dans la formulation des "solutions institutionnelles" à cette crise [DOBRY, 1986].

2.  La mobilisation de l'échange néopatrimonial dans la coordination monopoliste des calculs politiques

M. AHIDJO usera des ressources associées au "pouvoir de nomination" qu'il mobilise grâce à sa position de Président de la République afin de consolider son capital politique en procédant à la "maximation de ses soutiens" dans une perspective stratégique de neutralisation progressive des institutions représentatives et compétitives [BAYART, 1985:197]. Le conflit politique entre le groupe dirigeant et les groupes d'opposition qui se développe entre 1960 et 1962 dans le Cameroun postcolonial donnera l'occasion à la coalition de pouvoir regroupée autour de M. AHIDJO, de se poser en véritable "parti de l'ordre" dont les placements politiques sont liés à une spéculation croissante contre "la république parlementaire" [MARX, 1985:193]. C'est qu'en effet "AHIDJO contrôle les canaux communs de recrutement du personnel dirigeant", le leader de la coalition tire des dividendes politiques de "l'utilisation du patronage" comme "distribution des ressources publiques en échange de soutiens politiques" mobilisant à cet effet les capacités centralisatrices de ressources procurées par la direction de l'unité étatique de domination [MEDARD in BAYART, 1985:305] [MEDARD, 1981:123].C'est en misant sur ces capacités centrales de patronage que lui offre l'occupation de la position institutionnelle de la Présidence, que M. AHIDJO peut contrôler "le personnel politique de l'Etat clientéliste" et consolider les avantages politiques de son entreprise de domination (l'UC), ce parti bénéficiant de ce que "son chef était devenu le premier personnage de l’Etat" [BAYART, 1978-2:22]. M AHIDJO sait mobiliser les ressources politiques associées au "nouveau métier de président" (auquel il accède par l'élection en mai 1960) et modeler "le cours des transactions" avec le Gouvernement et le Parlement "au gré des marchandages et des compromis" en vue d'affirmer la "puissance institutionnelle" attachée à la Présidence [PELLETIER, in LACROIX, LAGROYE, 1992 : 99]. C'est en usant et en disposant de ces ressources que les opérateurs associés au groupement politique organisé autour de l'UC (le parti présidentiel) entendent instituer leur formation en agence centrale de patronage en affirmant que "l'UC est le lieu de rassemblement du parti unifié" et que "l'UC est prête à accueillir comme elle le fait déjà tout individu, toute personnalité ou tout parti politique qui estime comme elle que le moment est venu de rassembler toutes les forces du pays…" [PRESSE DU CAMEROUN No 3610 DU 17-05-62].

La mise en œuvre d'une "vision politiste sociologiquement informée" est nécessaire pour comprendre comment les entrepreneurs politiques associés à la position centrale de la structure gouvernementale sont "intéressés à l'usage des institutions" et en tirent profit en vue de la consolidation de leurs moyens de patronage [LACROIX in LACROIX, LAGROYE, 1992:75]. C'est fort d'une telle vision que l'on peut comprendre comment en demandant à son Premier ministre M. ASSALE "de former "un gouvernement de large union nationale", ouvert à tous les groupes de l'assemblée nationale" en mai 1960, le Président AHIDJO "souhaitait la participation de l'opposition au cabinet afin de la compromettre" et mobilisait les instruments du patronage étatique pour faire "éclater le front commun" esquissé par ces politiciens concurrents [BAYART, 1975:51].

L'équipe présidentielle et son leader en entreprenant de centraliser les possibilités institutionnelles et transactionnelles de patronage, s'inscrivent dans une logique d'action et d'organisation de cette coalition de pouvoir instituant ce groupement en "banque centrale du crédit politique" [BOURDIEU, 1989 : 538]. La mobilisation des ressources de patronage intervient dans les luttes de domination entre des entreprises de représentation concurrentes dans un contexte de compétition hégémonique où "la situation était mûre pour que l'Union camerounaise absorbât en son sein les autres appareils clientélistes : l'EFOULA MEYONG et le FPUP en 1961, la quasi-totalité des autres organisations politiques du Cameroun oriental en 1962 (aux exceptions notables de l'UPC "basa" de MAYI MATIP et des Démocrates camerounais de A. M. MBIDA)…" [BAYART, 1978-2:22]

L'on ne saurait accéder aux ressorts de "l'intelligence du régime postcolonial" et déterminer les logiques de cet ordre sociopolitique, si l'analyse théorique et empirique manquait à examiner le jeu des ressources de patronage dans la démarche de M. AHIDJO consistant à "réaliser la synthèse des "origines sociales" du nationalisme radical, du nationalisme modéré… et des conservateurs en transcendant ces clivages par l'édification d'un système politique inédit", comme le montrent ses pratiques de cooptation du personnel politique formé à l'époque de la libéralisation coloniale [BAYART in JOSEPH, 1986:8 et 13]. Les procédures gouvernantes de patronage ont permis ainsi à la formation - pivot de la coalition présidentielle (l'UC) de disposer du "monopole de la représentativité du Cameroun Oriental à l'Assemblée Fédérale dès 1962" [BAYART, 1971:41]. Le travail politique de centralisation des ressources de patronage disponible dans les champs du pouvoir postcolonial au Cameroun montre comment les acteurs de l'équipe présidentielle s'efforcent de consolider la position de leur leader (M. AHIDJO) comme "maître central" capable de canaliser à son profit les moyens de domination liés au processus historique d'émergence de l'Etat camerounais comme "pouvoir central fort" [ELIAS, 1976] [ELIAS, 1985]. Les opérations et les transactions par lesquelles M AHIDJO s'efforce de maximiser ses soutiens politiques, relèvent de visées monopolistes de normalisation bureaucratico - gouvernementale de la "profession politique" et de canalisation patrimonialiste des "processus de légitimation et de délégitimation du personnel politique dans les conjonctures routinières comme dans les situations de restructuration de l'espace politique (crise de régime, changements de régime)" [OFFERLE, 1999: 9].

La construction de l'avantage politique du groupe au pouvoir dirigé par M. AHIDJO s'opère dans une logique de consécration de l'hégémonie de l'équipe présidentielle qui conduira à "une défaite des partisans du parlementarisme" à l'instar du Dr Marcel BEBEY EYIDI qui avait entrepris dès la première session du Parlement du Cameroun postcolonial d'instituer une "souveraineté de l'Assemblée nationale", le 28 Avril 1960 [BAESCHLIN- RASPAIL, 1968:97]. L’issue de cette bataille institutionnelle inaugurale a contribué à l'affirmation du pouvoir gouvernemental de patronage dans le Cameroun postcolonial.

La logique de centralisation du patronage qui s'opère entre 1960 et 1962 selon les orientations répressives et coercitives sont l'objet d'une relecture (apologétique) de l'appel lancé par le Président AHIDJO en novembre 1961, consacrant la vision officielle de ce processus de concentration des groupements politiques: "cet appel historique lancé en 1961, n'est pas resté sans écho - progressivement les autres partis politiques conscients de l'évolution que traversait le pays et approuvant le programme tracé par l'Union Camerounaise, décidaient, librement, les uns après les autres de fusionner avec ce parti. Ainsi s'expliquaient les nombreuses adhésions collectives et individuelles que le parti enregistra au cours des années 1960, 1961, et 1962 [NJOH MOUELLE, OWONA, 1981-II : 129]. En fait, le travail de centralisation des patronages est mis au service d'une politique de monopolisation opérée au profit des acteurs de pouvoir associés à l'équipe présidentielle dont le chef énonce bien les visées hégémoniques exprimées à travers l'appropriation bureaucratico-politique et patrimonialo-officielle de l'unification nationale: "L'unité nationale, nous la réaliserons ensemble contre vents et marées, malgré les actes des politiciens ambitieux et attardés, nous la réaliserons ensemble, que nous soyons de l'Est ou de l'Ouest, du Nord ou du Sud, du Cameroun oriental ou occidental" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3649 DU 23.06.62 : 4].

L'analyse stratégique de cette rhétorique politique d'ordre ne saurait être pertinente si elle n'était pas rapportée à un examen critique de l'entreprise socio-politique de pacification menée par M. AHIDJO maîtrisant l'Etat postcolonial et se posant comme "seigneur central" qui contrôle les "monopoles du souverain" et les mobilise au profit de son équipe politique en tant qu' "unité de domination devenue hégémonique" [ELIAS, 1985]. En procédant ainsi, l'analyse est à même de saisir d'un point de vue socio-politologique, comment le conflit politique de 1962 ne se limite pas à une logique événementielle décrivant "la mise à l'écart du personnel "tenant" de l'Etat clientéliste" mais renvoie également à une analyse de formations sociales concernées par la mise en place d'un "cours politique et économique nettement bureaucratique" [BAYART, 1978 –2 : 23]. A l'occasion de ce conflit de pouvoir, le leader présidentiel va s'efforcer d'user de "stratégies charismatiques" s'appuyant (paradoxalement) sur les possibilités offertes par sa position institutionnelle afin de désamorcer les dynamiques de crise - particulièrement actives entre novembre 1961 et juillet 1962 [DOBRY, 1986]. Les lignes d'action qui sont organisées et mobilisées dans cette perspective doivent être soumises à une élucidation sociologique et politologique.

3. L'institutionnalisation pontificale et magistrale du charisme présidentiel d’Etat

Dans la conjoncture de crise politique de l'Etat postcolonial camerounais liée à la situation de double pouvoir produit par la persistance du terrorisme armé et à l'affrontement heurté des formations politiques autour de l'enjeu de la survie du multipartisme, le leader présidentiel s'efforcera de mobiliser différentes ressources d'action à même de renforcer la stabilité des institutions politiques officielles et légitimes. Le leader qu’est M. AHIDJO entend en effet consolider la position stratégique et névralgique de son équipe politique dans les arènes de l'Etat postcolonial en usant pour cela du "charisme de fonction" attaché à l'institution présidentielle [WEBER, 1971 :275]. L'analyse est conduite à voir comment de telles opérations et transactions politiques sont à l'œuvre lorsque le Président AHIDJO manœuvre pour éviter que le processus de la Réunification mis en place entre février et octobre 1961 n'affaiblisse sa position de "seigneur central" et le contrôle qu'il exerce du "monopole de domination territoriale et politique" dans l'Etat camerounais [ELIAS, 1985]. C'est en usant de telles manœuvres que M. AHIDJO entend tirer profit de la centralité de la position présidentielle pour se poser en représentant attitré de la souveraineté de l'Etat et en garant de la construction nationale comme le montre certaines de ses prises de parole lors d'une tournée au Cameroun occidental en juin 1962: "Je suis venu vous demander de m'aider à réaliser l'unité dans la fédération" [LA PRESSE DU CAMEROUN, no 3633 DU 04-06-62:1et 4]. L'analyse socio-politologique du conflit de 1962 au Cameroun ne saurait éluder l'examen des "postures pontificales " mises en œuvre par le Président AHIDJO dans une "configuration de la compétition politique" où cet acteur et ses associés s'efforcent d'orienter les "processus institutionnels" vers des solutions monopolistes et autoritaires [FRANCOIS in LACROIX, LAGROYE:319].

Les logiques d'attestation du charisme de la fonction de Président sont mises en œuvre dans les conduites de M. AHIDJO soucieux de consolider sa maîtrise des institutions politiques organisées autour d'un gouvernement central dominant la structure fédérale mise en place en octobre 1961. La démarche de cet acteur politique mobilise donc les ressources que peuvent procurer "une stratégie charismatique" pour consolider sa position dominante dans la configuration des pouvoirs institutionnels ressortissant de l'Etat postcolonial [DOBRY, 1986:227]. Et le travail de mobilisation et de représentation opéré par M. AHIDJO en tant que leader d'une équipe politique contrôlant l'accès aux positions institutionnelles de l'Etat ressortit d'un "double jeu sur l'institué et le ravivé, la bureaucratie et le charme" [HERAN, 1987:85-86] [FRANCOIS in LACROIX, J. LAGROYE , 1992:316].

Le travail de mobilisation du charisme de la fonction opéré par le Président AHIDJO, s'appuie pour construire et consolider sa crédibilité sur une démarche visant à adopter la solution institutionnelle de la Fédération pour l'aménagement politico-juridique de la Réunification, afin de ne pas réactiver des luttes de souveraineté pouvant déstabiliser la nouvelle configuration de l'Etat postcolonial camerounais. C'est dans cette optique que le Président AHIDJO agit en tant que chef de la délégation du Cameroun oriental aux négociations constitutionnelles de Foumban en 1961: "le principe suivant lequel les différences de langues, de culture rendaient nécessaire, au départ, un régime fédéral acquis, il fallait consacrer juridiquement cette fédération par une charte, en d'autres termes, par une constitution" [AHIDJO, 1968:39]. Ces menées par lesquelles le Président AHIDJO essaie de faire preuve de "son aptitude personnelle à offrir une issue, un débouché, une solution à la crise dans laquelle il intervient" s'intègrent dans "le travail charismatique" conduit par cet entrepreneur politique pour s'instituer en "point de convergence des anticipations s'imposant aux protagonistes" du conflit de pouvoir camerounais comme épisode historique qui s'est déroulé entre 1960 et 1962 [DOBRY, 1986: 229]. Ce faisant, les postures pontificales adoptées par M. AHIDJO en tant que leader de l'Etat postcolonial engagé dans le processus de la Réunification, participent de calculs politiques déterminés chez cet acteur politique et ses alliés stratégiques par des visées d'organisation de "la suprématie du président sur les institutions" [MEDARD, 1981: 41].

Le travail charismatique déployé par le Président AHIDJO mobilise les ressources institutionnelles liées à la maîtrise centrale de l'Etat pour imposer un cours politique favorable à la construction historique de la "forme personnelle du monopole de domination" [ELIAS, 1985]. L'analyse socio-politologique critique et pragmatique intéressée par l'examen de ce travail charismatique présidentiel commande d'en réexaminer et d'en reconstruire les lectures historiques légitimées par les savoirs et les savoir-faire officiels qui interprètent l'appel lancé par M. AHIDJO en novembre 1961 dans une perspective visant à souligner les qualités personnelles exceptionnelles de ce leader: "Préoccupés essentiellement par la réalisation de l'unité du pays, les dirigeants camerounais ont avec dynamisme et enthousiasme, mis en œuvre les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif fondamental. Pour réaliser l'unité dans les cœurs et dans les esprits, le Président AHIDJO dut argumenter démontrer, convaincre et persuader. Il proposa à ses compatriotes la solution idéale, c'est-à-dire la création d'un grand parti unifié que regrouperait après une entente librement consentie, les divers mouvements politiques existants; un parti au sein duquel pourraient pacifiquement coexister plusieurs tendances, étant entendu que la minorité devrait se rallier à l'avis de la majorité. Cet appel historique lancé en novembre 1961 n'est pas resté sans écho" [NJOH MOUELLE, OWONA, 1981-II:129]. Il convient de prendre au sérieux cette lecture édifiante de l'histoire et de percevoir qu'il ne s'agit pas d'un travail de pure reconstruction et de simple manipulation que l'analyse socio-politologique ne saurait examiner de façon minutieuse.

Une analyse pertinente de la formation historique d'un "charisme pontifical" lié à la position institutionnelle de la Présidence camerounaise, ne saurait en effet méconnaître l'efficacité pratique et la crédibilité psychologique du discours d'ordre tenu par le leader de l'Etat et du parti-dominant (UC) au cours de sa conférence de presse de novembre 1961 [FRANCOIS, in LACROIX, LAGROYE, 1992 :306]. Dans cet appel, le chef de l’Etat camerounais propose une perspective politico-organisationnelle monopoliste susceptible de transformer la structure des institutions de l’Etat, en estimant "que l’unité nationale est encore à faire dans beaucoup de pays, au Cameroun aussi bien sûr, et les dirigeants africains pensent que constituer un grand parti national – que je préfère appeler parti unifié que parti unique – ou un grand mouvement national unifié permettrait de forger cette unité nationale qui n’existe pas encore " [AHIDJO, 1969 : 162]. Par cet appel, le leader présidentiel procède manifestement à "un appel charismatique" ou à "une transaction entre le chef charismatique et son (ou ses) public(s)" que l’analyse sociopolitique gagne à concevoir "comme plus complexe, moins "personnelle"… et surtout plus diversifiée dans ses cheminements" [DOBRY, 1986 : 237].

Les investissements charismatiques ainsi procédés par le leader de la coalition dirigeante - qui contrôle les positions stratégiques de la structure gouvernementale fédérale consacrée en Octobre 1961 comme cadre politico-juridique d’organisation de l’Etat postcolonial camerounais - ne seront pas sans effets. C’est dans cette optique qu’il convient de comprendre les processus de remise de loyauté bien illustrés par M. EMA OTU (premier secrétaire provisoire de l’UPC) lors d’une conférence de presse tenue en mai 1962 : "Nous avons signé un chèque en blanc au Président de la République " [PRESSE DU CAMEROUN n° 3612 DU 07 –05- 62]. Dans cette intervention, M. EMA OTU affirme que l’UPC allait apporter " un soutien loyal au Président de la République " et que " le souci de l’unité doit l’emporter sur toutes les considérations qui ont pu diviser les Camerounais dans le passé ". Des acteurs politiques du PDC - s’exprimant dans le cadre de l’instance du Comité Directeur conduit par M. André - Marie MBIDA - accordent de l’intérêt aux perspectives d’action proposées par le Président AHIDJO et les acteurs des formations gouvernementales. C’est ce qu’indiquent les documents versés au dossier historique de la compétition politique concurrentielle dans le Cameroun postcolonial. Dans un communiqué du Comité Directeur du PDC, les responsables de cette formation reconnaissaient que MM. AHIDJO (Président Fédéral) et FONCHA, les "deux leaders politiques de l’UC et du KNDP" étaient en tant que "leaders des partis gouvernementaux " " soucieux de toujours mettre ensemble leurs efforts pour l’unité nationale " [LA PRESSE DU CAMEROUN n°3612 DU 07-05-62]. En usant de sa position présidentielle et en mobilisant de façon prioritaire la thématique politique de l’unité nationale, M. AHIDJO contribue à la consolidation du " charisme d’institution" attaché à la Présidence [FRANCOIS in LACROIX, LAGROYE, 1992 : 301 et s.]. L’appel de novembre 1961 effectué par AHIDJO en tant que leader d’une équipe politique avantageusement installée dans les sites légitimes de l’Etat postcolonial, est un mouvement producteur d’effets dans la configuration d’une compétition politique dont l’évolution tendancielle l’expose aux pressions dynamiques créées par les conjonctures de crise. Le Président AHIDJO entend canaliser les calculs et anticipations des acteurs politiques concurrents vers la perspective stratégique du "parti unifié" et l’optique idéologique de "l’unité nationale". Ce faisant, le leader de la coalition au pouvoir conduit une "entreprise charismatique" particulière en ce qu’elle mobilise de façon décisive et significative les ressources institutionnelles pour consolider la position politique du " candidat au charisme " qu’est AHIDJO [DOBRY, 1986: 231].

La dynamique politique camerounaise s’oriente vers des configurations où "l’unité de domination devenue hégémonique" qu’est l’équipe politique de M. AHIDJO s’efforce d’imposer une énonciation et une organisation antiparlementaires des institutions, une coordination autoritaire des jeux politiques au Cameroun, qui va se dessiner autour d’une présidence impériale [ELIAS, 1976 : 115].

B - LOGIQUES DE CONSOLIDATION ET TECHNIQUES DE STABILISATION

Dans l’analyse socio-politique du conflit de pouvoir camerounais, il convient d’accorder de l’attention aux logiques monopolistes croissantes à l’œuvre dans le régime postcolonial dominé par M. AHIDJO, régime dans lequel les dynamiques de structuration de "l’alliance hégémonique" - qui en constitue la colonne vertébrale - évoluent vers la " présidentialisation " et la "bureaucratisation" [BAYART, 1985 : 181]. L’étude sociopolitique de cet épisode historique commande d’être attentive à "la complexité des luttes pour la définition des situations" afin de comprendre les " formes de compétition" entre (les) différentes entreprises politiques engagées dans le système institutionnel de pluralisme comportant certaines " unités de puissance" intéressées par des investissements monopolistes susceptibles de conduire à " la suspension des logiques sectorielles qui caractérisent le fonctionnement ordinaire de la vie sociale et politique" et d’impulser un mouvement autoritaire de " retour à l’ordre" [LACROIX, 1986 : 123]. Une mise en lumière pertinente des dynamiques de consolidation et de stabilisation résultant de la gestion des rapports de sens et de puissance au cours de l’épisode historique examiné, exige d’étudier "la bureaucratisation hétéronome des secteurs et arènes", de comprendre "l’organisation tutélaire des réseaux de consolidation et des transactions collusives" et de cerner "les configurations clientélaires et disciplinaires d’une économie politique du commandement".

1. La bureaucratisation autoritaire et hétéronome des secteurs sociaux et politiques

L’analyse socio-politologique du conflit de pouvoir lié aux concurrences entre différentes unités de domination intéressées par les profits apportés par les positions étatiques postcoloniales au Cameroun (entre 1960 et 1962) commande de soumettre cette épisode à une problématisation permettant de réorienter "l’histoire politique" vers "l’étude du pouvoir et sa répartition" [JULLIARD, in LE GOFF, NORA, 1974 : 324]. L’examen de la configuration (critique) de la compétition politique dans les champs du pouvoir politique postcolonial met en évidence la consolidation progressive des manœuvres monopolistes dominantes de l’équipe présidentielle regroupée autour de M. AHIDJO. Les procédures de construction de l’hégémonie politique et étatique du président AHIDJO vont s’orienter dans une perspective d’emprise de la coalition gouvernementale sur les multiples sites de l’activité sociale qui s’appuiera sur des instruments politico-juridiques de gouvernement renvoyant à "une solution présidentialiste d’institutionnalisation des pouvoirs de crise" [ OWONA, 1975 : 15].

L’on ne saurait élucider les jeux politico-transactionnels et politico-institutionnels à l’œuvre dans la conjoncture de crise examinée si l’analyse faisait l’impasse sur l’instrumentalisation gouvernementale de la rhétorique de l’ordre public comme discours mobilisé par les entrepreneurs hégémoniques pour réprimer ou comprimer la concurrence politique. C’est dans cette perspective qu’il convient d’examiner la manière toute autoritaire et martiale de se référer à la défense des "intérêts supérieurs de la Nation" et " aux nécessités de maintien de l’ordre public" pour ordonner "la dissolution du troisième congrès de l’Union des Populations du Cameroun" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3526 DU 23.01.62] (31). Cette décision gouvernementale s’inscrit dans la dynamique de bureaucratisation autoritaire du champ politique par le régime postcolonial camerounais, dans l’activité hégémonique à travers laquelle "le Président AHIDJO… va liquider les partis d’opposition…" [DE LUSIGNAN, 1970 : 131 et s]. Les acteurs de la coalition au pouvoir patronnée par M. AHIDJO manoeuvrent dans une logique de monopolisation de l’espace politique permettant aux opérateurs associés à l’UC de conquérir les positions stratégiques dans les sphères étatiques postcoloniales et de coloniser les lieux pluralistes de la représentation au profit des intérêts politiques de la "bureaucratie patrimoniale" [MEDARD, 1979]. Dans cette stratégie de monopolisation mise en œuvre par les acteurs de l’équipe AHIDJO qui maîtrisent le pouvoir central, il sera souvent fait appel à des procédures coercitives et compulsives destinées à neutraliser les capacités de représentation et de mobilisation de formations concurrentes comme l’UPC légale ou le PDC.

La bureaucratisation de l’espace social et politique du Cameroun postcolonial s’organisera autour d’un ensemble de procédures d’action et de décision faisant souvent appel à des ressources liées à la mise en œuvre du " charisme martial des gouvernants" [SINDJOUN, 1994 : 487]. C’est dans cette logique qu’il convient de comprendre les démarches coercitives engagées dans le conflit de pouvoir camerounais par les acteurs du pouvoir central à l’encontre des entrepreneurs politiques parlementaires et parlementaristes de l’opposition lors de l’affaire du "Manifeste du Front National Unifié" publié en juin 1962 par MM. BEBEY EYIDI, MBIDA André Marie, MAYI MATIP Théodore et OKALA Charles [PRESSE DU CAMEROUN n° 3655 DU 30.07 et DU 01.08.62]. Les acteurs du régime postcolonial dirigé par M. AHIDJO allaient user de ressources coercitives pour contrer les manœuvres autonomes des politiciens d’opposition exprimées à travers l’adoption de la formule organisationnelle du front, manœuvres destinées à constituer un "contre – parti dominant" susceptible de contrebalancer les menées hégémoniques de l’UC [BAYART, 1985 : 105]. Dans cette optique, les gouvernants allaient mobiliser la rhétorique du maintien de l’ordre estimant par la voix de M. Jean BIKANDA (commissaire général de l’information) que "si les intéressés ont fait l’objet de poursuites judiciaires, c’est à la suite de la mise en circulation d’un manifeste en date du 23 juin 1962 dans lequel on a pu relever les faits tombant sous le coup de la loi pénale : - incitation à la haine pénale contre le gouvernement et les autorités administratives ; - opposition des communautés ethniques ou religieuses ; - propagation de fausses nouvelles susceptibles de nuire aux autorités publiques" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3667 DU 14 et 15.07.62 : 1 et 4]. En effet, dès la publication du manifeste, les acteurs du pouvoir central avaient entrepris de criminaliser les initiatives des entrepreneurs politiques d’opposition et s’exprimèrent ainsi qu’il suit à propos de la publication de ce document : "Ces faits présentant un caractère délictueux, le préfet de Yaoundé les a dénoncés et a déposé plainte au nom du gouvernement contre leurs auteurs" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 367 DU 14 et 15.07.62 : 1 et 4].

Les dynamiques de la compétition politique se trouvaient exposées par ces manœuvres coercitives à des logiques de crise au cours desquelles l’arrestation de ces leaders de l’opposition au Cameroun oriental était susceptible de "rendre crédible des menaces d’escalade" [DOBRY, 1986 : 188] Les opérateurs du pouvoir central, entendent alors agir dans une logique où ils tirent profit de "la monopolisation de la force militaire et policière" pour renforcer les chances de domination appropriables par l’équipe présidentielle de M. AHIDJO dans sa démarche de "monopolisation par l’Etat de l’exercice de la violence" [ELIAS, 1990 : 18]. Dans la logique de situation gouvernant (conjoncturellement) les représentations et les actions de l’échange politique ballotté entre pluralisme et monopolisme, les opérateurs stratégiques du pouvoir central fédéral camerounais qu’étaient " AHIDJO et ses proches comprirent qu’il était temps d’utiliser des moyens radicaux pour réduire une opposition qui devenait de plus en plus populaire" [ABWA, 1993 : 250]. Si l’analyse sociopolitologique peut mobiliser ce récit historien pour "comprendre l’intrigue" dans l’examen de la place de ces conduites dans la dynamique du conflit de pouvoir camerounais qui rebondit de façon significative entre novembre 1961 et juin 1962, elle ne saurait s’en contenter [VEYNE, 1971 : 67]. L’examen sociologique et politologique de cette dynamique conjoncturelle de déstabilisation du système politique compétitif postcolonial doit pouvoir montrer comment en arrêtant les chefs de l’opposition (MM. BEBEY EYIDI, MAYI MATIP, MBIDA et OKALA), les acteurs du pouvoir central essaient d’éviter que le Manifeste du Front National Unifié ne constitue une de ces "saillances situationnelles" opérant "dans les conjonctures marquées par la fluidité politique" [DOBRY, 1986 : 198]. La politique de monopolisation que les gouvernants camerounais – associés de façon dominante à l’UC – essaient de mettre en place, s’appuient sur des procédures de centralisation et de concentration du pouvoir mobilisant la rhétorique de l’unité nationale dans une démarche politique fortement modelée par "le refus que des groupes représentatifs se constituent" [NASSARA, 1975 : 97 et s.]. C’est dans cette optique qu’il convient de prendre en considération le parrainage des sphères de représentation socio-professionnelle comme celles favorables à la création d’un "comité de coordination pour l’unité syndicale" en mai 1962 [BULLETIN QUOTIDIEN DE L’ACAP DU 26.05.62].

En opérant ainsi, la coalition du pouvoir de M. AHIDJO mettait en œuvre des procédures hégémoniques visant à confiner l’autonomie "de spécialistes professionnalisés ou semi-professionnalisés et ayant des intérêts propres à une monopolisation de leurs activités et à leur protection vis-à-vis de l’extérieur" [DOBRY, 1986: 109]. Des logiques patrimonialo-officielles se structuraient à travers les calculs monopolistes des acteurs du pouvoir central, qui tendaient à reconfigurer la structure compétitive des champs politiques et sociaux. Ces mouvements et coups tactiques montraient comment s’instituaient des technologies gouvernantes d’exploitation du conflit politique sur l’organisation et l’orientation d’un système institutionnel pluraliste par "un bloc au pouvoir" soucieux de contrôler l’accès aux monopoles souverains de l’Etat postcolonial pour procéder à une "bureaucratisation de la société" à même de neutraliser "l’autonomie historique de la lutte sociale au Cameroun" [BAYART, 1978 -2 : 27].

2 . L’organisation tutélaire des réseaux de consolidation et des transactions collusives

Les entrepreneurs politiques regroupés dans le cadre de l’UC vont se comporter comme des agents politiquement intéressés par l’accumulation de profits et crédits politiques procurés par l’accès aux sphères officielles du pouvoir dans l’Etat postcolonial naissant du Cameroun. L’analyse ne saurait examiner avec pertinence les mesures coercitives adoptées contre les politiciens d’opposition lors de l’escalade du conflit de pouvoir camerounais en juin 1962, si l’on perdait de vue la façon dont les opérateurs de l’équipe présidentiel s’appuyaient sur les instruments de domination étatique pour accumuler des ressources montrant comment "le patronage politique se greffe directement sur les structures formelles qu’il s’agisse des partis ou de la bureaucratie" [MEDARD, 1982 : 7]. Les moments forts du conflit politique camerounais bien illustrés par la répression des leaders des formations concurrentes de l’UC et désireuses de se regrouper dans le cadre d’un front commun, ne sont intelligibles de façon soutenue que si l’analyse prend en considération les manœuvres de centralisation gouvernante du patronage politique par l’équipe présidentielle de M. AHIDJO. En effet, la neutralisation de MM. BEBEY EYIDI, MAYI MATIP, MBIDA et OKALA montre bien le processus par lequel "le personnel de l’Etat clientéliste a… perdu l’essentiel de ses ressources y compris locales ou régionales mais reste néanmoins associé aux appareils politiques d’un régime qui cherche à regrouper et à transcender les diverses générations de l’élite sociale" [BAYART, 1985 : 185]. Les acteurs gouvernants usent de différents moyens pour accumuler des ressources de loyauté, utilisant même des moyens dissuasifs et coercitifs. C’est en tenant compte de ces éléments que l’on peut comprendre l’évolution des positions des leaders de l’UPC légale qui adoptent une "nouvelle attitude… à l’égard du gouvernement camerounais" en choisissant de soutenir l’action des gouvernants en avril 1962, trois mois seulement après que les pouvoirs publics aient dissous impérativement le congrès de cette formation [LA PRESSE DU CAMEROUN, n° 3612 DU 07.05.62 : 1].

Les acteurs de la coalition gouvernante s’efforcent de mobiliser différents réseaux sociaux pour consolider leurs positions de domination en tirant profit d’une gestion hégémonique et hégémoniste de "l’évolution des structures étatiques et professionnelles" en combinant patronage et coercition pour contenir et contrôler "la différenciation des fonctions sociales" et le développement du "complexe fonctionnel englobant toute la société" [ELIAS, 1981 : 172]. Le maître central de la coalition gouvernante qu’est "Ahmadou AHIDJO contrôle largement le patronage partisan et bureaucratique" et en use pour canaliser les possibilités institutionnelles d’autonomisation des sphères de l’Etat postcolonial au Cameroun, de telle façon qu’il apparaît pertinent de dire que "Ahmadou AHIDJO n’a pas réussi à transcender l’Etat clientéliste" [MEDARD, 1982 : 10]. Les manœuvres monopolistes organisées par les acteurs de la coalition gouvernementale vont favoriser une réorganisation bureaucratico-patrimoniale des "transactions collusives" stables entre différents secteurs, pour résorber la "crise des rapports collusifs" comme processus lié à l’escalade politique de 1962 [DOBRY, 1986 : 111]. La démarche hégémonique mise en œuvre par les entrepreneurs politiques associés à l’UC comme parti dominant évoluait dans un sens où la consolidation de leurs positions de domination s’appuyait sur une conception limitée de l’autonomie des secteurs. C’est ce que l’on a pu percevoir, dans le contexte du conflit politique de 1962, à travers les rapports entre les secteurs gouvernementaux et les secteurs journalistiques, comme l’a montrée l’affaire du "Train de la mort" lorsque les autorités expulsèrent l’Abbé FERTIN, Directeur de la Publication "l’Effort Camerounais" pour avoir rendu compte de la mort de plusieurs détenus politiques au cours d’un transfert carcéral entre Douala et Yaoundé [L’EFFORT CAMEROUNAIS, n° 327, DU 18-02-62]. Des tensions liées à cette affaire du Train allaient se manifester entre le pouvoir gouvernemental de M. AHIDJO et Mgr ZOA (archevêque de Yaoundé), l’un des représentants attitrés de l’Eglise Catholique camerounaise, en février 1962 qui a "fait célébrer des messes à la mémoire des victimes dans plusieurs églises de son diocèse" comme l’indique le témoignage historique intéressé d’un ancien grand commis de l’Etat (dont l’analyse rétrospective est fortement modelée par une perspective gouvernementale et officielle de lecture de ce qui s’est passé) [KUOH, 1990 : 102 – 103].

Les visées hégémoniques des entrepreneurs politiques de l’UC associés à l’équipe présidentielle de M. AHIDJO vont mettre en question la solidité et la stabilité des cadres pluralistes d’organisation de "reconnaissances mutuelles" entre différents secteurs comme "champs sociaux" ou "systèmes d’action fortement institutionnalisés" [DOBRY, 1986 : 113]. C’est dans cette perspective que les autorités gouvernementales s’efforcent de canaliser la marge de manœuvre des professionnels du journalisme, de contenir leurs possibilités d’autonomisation. Une telle démarche est explicitement formulée par le Président AHIDJO lui-même lors de sa conférence de presse du 11 novembre 1961 lorsqu’il estime que "plusieurs journaux de différentes tendances peuvent exister, ils peuvent s’exprimer librement à condition bien entendu de respecter les objectifs de l’ordre public, à condition aussi que cette expression ne soit pas un dénigrement ou un sabotage systématique" [BULLETIN QUOTIDIEN DE L’ACAP DU 12 et 13- 11 –61].

L’action monopoliste des agents politiquement engagés dans l’équipe présidentielle de M. AHIDJO s’exercera également dans une perspective de neutralisation des secteurs sociaux syndicalisés bien explicite dans l’arrestation de MM. BELNOUN Pie-Marcel, NLEND MBOGA et Daniel NOKMIS considérés comme les "trois meneurs de l’UGTC" en mars 1962 [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3559 DU 2.03.62]. Ce faisant, les milieux gouvernementaux mettent en œuvre des méthodes de mise sous-tutelle d’organisations de représentation socioprofessionnelle comme l’UGTC (Union générale des travailleurs du Cameroun) qui finira par prendre position en faveur du "grand courant d’unité nationale" - perspective politique défendue par les opérateurs de la coalition au pouvoir de M. AHIDJO – en août 1962 [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3685 DU 04 et 05.08.62 : 1].

La politique d’hégémonie mise en forme et mise en œuvre par les agents de l’équipe présidentielle pour réguler à leur avantage les "compétitions propres au champ politique" et orienter la construction des "transactions collusives" formatrices du "réseau de consolidation" est conduite dans un sens monopoliste [DOBRY, 1986  : 110 – 111]. C’est ainsi que le travail de contrôle des différentes scènes de la représentation sociale par les gouvernants leur commandera de s’assurer la loyauté d’instances comme le NGONDO qui soutient que "face aux impératifs de l’heure, seules l’unité nationale et la solidarité de tous les citoyens peuvent permettre la construction efficace d’un Cameroun prospère et convie tous ses ressortissants à adhérer en masse au parti national de l’Union Camerounaise" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3697 DU 20.06.62]. Ces procédures s’inscrivent manifestement dans un travail politique de reconstruction monopoliste de "la stabilité des rapports collusifs entre les secteurs formant un réseau de consolidation", travail orienté vers la canalisation des "trajectoires de confrontation " liées à l’escalade du conflit politique camerounais entre 1961 et 1962 [DOBRY, 1986 : 113].

3. Les configurations clientélaires et disciplinaires d’une économie politique de commandement

L’évolution du conflit de pouvoir camerounais vers des configurations de plus en plus coercitives bien illustrées par l’arrestation et la condamnation des 4 leaders de l’opposition (MM. BEBEY EYIDI, MAYI MATIP, MBIDA et OKALA) en juin 1962, va permettre "à M. AHIDJO de se livrer à une dramatisation et à une polarisation radicales de la vie politique" afin de prendre le contrôle clientéliste "du processus d’autonomisation de l’Etat" [BAYART, in LAVROFF, 1978-1 : 197]. C’est dans cette logique de bureaucratisation autoritaire des rapports politiques qu’il convient d’envisager la mobilisation par les acteurs du pouvoir des moyens de coercition associés aux ordonnances de 1962 relatives à la subversion s’intégrant dans une démarche prétorienne d’organisation de "l’ordre public camerounais" [EYINGA, 1978 : 261].

Les acteurs de la coalition au pouvoir allaient tirer profit dans leur entreprise de captation de l’Etat clientéliste, de l’escalade du conflit politique de 1962 pour imposer des procédures favorables à la " ritualisation " conservatrice de ces luttes [EDELMANN, 1969 : 231 – 245]. Pour ce, ils agirent en vue de neutraliser les auteurs du "Manifeste du Front National - Unifié", 4 personnages importants de la classe politique issue de l’Etat clientéliste   (colonial) qui ont critiqué dans cette lettre ouverte, "les mesures de coercition dont on use pour extorquer les adhésions à l’UC" et ont présenté leur refus de " prendre la carte de l’UC" comme " refus d’adhérer au parti unique" [A.P.C.O., MANIFESTE DU FNU, 23.06.62]. Les opérateurs associés au parti dominant de l’UC qui contrôlent les secteurs gouvernementaux de façon oligomonopolistique, vont user du contrôle des positions de l’Etat pour éliminer ces entrepreneurs politiques concurrents jusqu’alors susceptibles de contrecarrer leurs manœuvres de centralisation du patronage et de monopolisation de l’Etat clientéliste. Ce faisant, les acteurs contrôlant la coalition au pouvoir s’efforçaient de neutraliser "les segments de l’élite rétifs à l’orientation du régime", de limiter les possibilités offertes à ces segments "de faire montre de leur particularité et de monnayer leur soutien" en mettant en œuvre une "pression du pouvoir" destinée à consolider les positions de la formation gouvernementale dominante dans une optique où "l’adhésion au parti ne soit plus payée d’aucune concession " [BAYART, 1978-1 : 203]. Une lecture sociopolitologique de la situation historique correspondant au conflit de pouvoir de 1962, se doit d’amender légèrement la vision sus-évoquée en soulignant l’utilisation persistante de procédures de marchandage et de monnayage dans la stratégie de consolidation du "capital social collectif" de l’UC en tant qu’entreprise politique dominante au Cameroun oriental [OFFERLE, 1987].

Les intérêts politiques qui se coalisent autour de l’UC contribuent à modeler les manœuvres clientélistes et patrimonialistes de ses dirigeants selon une logique consolidant l’ancrage de cette formation politique dans les milieux gouvernementaux à tel point que sa puissance relève considérablement de son statut de "parti du président" [GAILLARD, 1992 : 104]. L’on peut analyser la dynamique progressive de monopolisation du pouvoir au profit de l'UC sans céder à une perspective socio-historique d’étude des partis politiques au Cameroun oriental marquée par une vision d’histoire naturelle selon laquelle "l’UPC, le PDC et le PSC furent des victimes faciles de l’offensive de l’UC" et "qu’il y avait une expansion bien conçue dans le plan d’organisation de l’UC" [LE VINE, 1984 : 275]. Les acteurs principaux de la coalition dirigeante entendaient préserver leur contrôle sur le patronage gouvernant sur lequel les 4 leaders de l’opposition inspirateurs du Front National Unifié avaient ironisé en affirmant ce qui suit : " "On nous taxe d’ambitieux qui ne recherchent que le pouvoir". C’est plutôt le contraire qui est vrai : car si nous recherchions le pouvoir, il nous aurait suffi seulement de prendre la carte de l’UC et du coup, on verrait les portes du paradis gouvernemental s’ouvrir grandes devant nous" [|MANIFESTE DU 23-06-62], [AROGA, 1986].

Une dynamique bureaucratico-patrimoniale d’exploitation de "la tendance à l’unification des marchés politiques" se trouve renforcée par l’échange de coups qui a lieu entre les coalitions concurrentes des défenseurs du "parti unifié" ou du "front d’unité nationale", coalitions bien mises en évidence dans l’escalade de ce conflit politique en juin 1962 [GAXIE in LACROIX, LAGROYE, 1992 : 370]. Les calculs de monopolisation du patronage gouvernemental par les dirigeants de l’UC sont bien illustrés par les propos de M. MOUSSA YAYA ( un des stratèges de ce parti), qui reconnaît que "le bénéficiaire d’une nomination ou d’une promotion pouvait la devoir au parti…" [GAILLARD, 1994 : 136]. C’est en raison de ces visées monopolistes de contrôle du réseau de consolidation fondant politiquement la reconnaissance mutuelle entre secteurs que les responsables de la formation gouvernementale (UC) récusent la perspective stratégique proposée par le congrès du PSC qui envisage le "parti unifié" comme "un grand mouvement unifié qui se formerait après une entente entre les différents partis qui existent" [A.P.A.O, MISE AU POINT DU PSC. 20.05.62] [AROGA, 1986 : 83].

Le travail d’étatisation du clientélisme politique effectué par les opérateurs de la coalition dirigeante conduite par le Président AHIDJO ne s’opère pas seulement dans le Cameroun oriental. L’équipe présidentielle a su en effet mobiliser le marchandage avec les acteurs du KNDP conduits par M. John NGU FONCHA (vice-président de la Fédération et Premier Ministre du Cameroun occidental) qui est le leader du parti dominant de cet Etat fédéré, avec la mise en place d’un comité de coordination entre l’UC et le KNDP en avril 1962. Les leaders du KNDP inscrivent également leur action dans une perspective hégémonique de contrôle des arènes politiques au Cameroun occidental entre 1961 et 1962. Le KNDP n’usera cependant pas de ressources coercitives avec la même intensité que les acteurs de l’équipe présidentielle liés à l’UC, évitant par exemple que le "Dr Endeley, leader de l’opposition parlementaire à l’Assemblée Législative du Cameroun Occidental " ne soit condamné le 05.07.62 à Buéa lors de sa comparution "pour voie de fait sur la personne du Préfet de Victoria et atteinte à l’ordre public" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3673 DU 21 et 22 . 07. 62]. Les dirigeants de l’UC en s’associant à ceux du KNDP à l’Assemblée Fédérale font (toujours) montre d’une démarche politique de concentration des pouvoirs de représentation et de mobilisation valorisant "le parti national unifié" à l’instar de M. Louis KEMAYOU HAPPI, ce personnage politique considérant que "l’élection de deux listes uniques à l’Assemblée Fédérale renforce l’unité de la Nation" [LA PRESSE DU CAMEROUN n° 3589 DU 08.04.62]. Le travail de centralisation des ressources de patronage que les acteurs politiques liés à l’UC conduisent en pole-position, s’oriente de façon déterminante vers la mise en place d’un "marché de monopole total" en exploitant les moyens de domination offerts à ce parti dans le cadre encore prévalent d’un "marché d’oligopole" [BAKARY in MEDARD, 1991 :64]. Les entrepreneurs politiques de l’équipe présidentielle travaillent précisément à instaurer la patrimonialisation bureaucratique des formes normales du jeu gouvernemental en mobilisant les instruments coercitifs contre les leaders de l’opposition pour obtenir une "resectorisation assez rapide des luttes politiques" [DOBRY, 1986:212]. Et peu après l’affaire du "Manifeste du Front national unifié", le Président AHIDJO s’exprima en tant que patron politique principal de la formation dominante (réunie en congrès en Juillet 1962) à Ebolowa, en faveur d’une politique de centralisation des moyens de domination devant finaliser le contrôle de l’UC sur l’Etat clientéliste : "Nous sommes sur le chemin de l’unité nationale et aucun obstacle ne saurait nous arrêter" [LA PRESSE DU CAMEROUN N° 3660 DU 6.07.62 : 1]. En adoptant une telle posture, le leader présidentiel camerounais entend intervenir prioritairement dans la construction d’une solution oligomonopoliste à un "conflit" initié dans une configuration pluraliste et concurrentielle, dont "l’enjeu dominant" est "la forme de l’ordre institutionnel" et dont les jeux intéressent l’ensemble des "acteurs assimilables à la ‘’classe politique nationale’’ (Président de la République, Ministres, Députés, …leaders de parti " [LAGROYE in LACROIX, LAGROYE 1992 :167]. A l’occasion de cette mobilisation partisane qu’est le congrès d’Ebolowa , le maître principal de la coalition dirigeante met bien en évidence la perspective de préemption des ressources politiques légitimatrices de l’unification politique du groupe social qu’est la nation : "les ethnies camerounaises sont, sans doute des réalités mais des réalités dont la connaissance est nécessaire aux dirigeants du parti, de l’Etat pour rechercher les caractéristiques par lesquelles elles peuvent se greffer les unes sur les autres, se fondre et accélérer la réalisation de l’unité nationale, et non pour les opposer les unes aux autres" [AHIDJO, 1964 : 30-31] [ZANG ATANGANA, 1989 – 2 : 119 –121]. Les procédures d’étatisation des rapports collectifs qui sont mises en œuvre indiquent comment l’économie politique du consentement démocratique se trouve déstabilisée dans une conjoncture critique à travers laquelle se mettent en place des dynamiques de "transformation d’état" réorientant le conflit politique camerounais – caractérisé par une "montée aux extrêmes" (entre 1960 et 1962) - vers l’institutionnalisation émergente d’une économie politique du commandement propice à l’autocratie comme forme de gouvernement [DOBRY, 1986].

 

CONCLUSION

L’ECRITURE SOCIO – POLITOLOGIQUE DE L’HISTOIRE D’UNE CRISE POLITIQUE ENTRE ANALYSE DES CONJONCTURES ET ANALYSE DES STRUCTURES

L’examen du conflit politique postcolonial camerounais recourt à des "idéal-types de politologie" pour comprendre et expliquer les "événements historiques" - comme corrélations concernant les échanges et les luttes politiques affectant les champs de pouvoir entre 1960 et 1962 – grâce à la mise en place d’un schéma socio-politologique d’analyse qui privilégie "l’histoire sociologique" (des rapports politiques) par rapport à la "sociologie historique" [VEYNE, 1976 : 13]. Il s’est alors agi de mettre en œuvre une démarche socio-politologique d’objectivation capable de soumettre ces corrélations événementielles en tant que processus historique, à une forme d’intellection réaliste sociologiquement inspirée qui permet de comprendre comment une "évolution régressive de la démocratie" s’élabore au travers de cette dynamique de mobilisation [EYINGA, 1990]. En étudiant l’articulation entre routines et crises politiques dans ce conflit de pouvoir camerounais en tant que moment critique analytiquement reconstruit à la suite d’un découpage historiographique et d’un recadrage sociologique, la perspective de l’objectivation sociale et politique de ces luttes de domination axées autour des enjeux de l’appropriation de l’Etat bureaucratico-patrimonial a récusé une démarche fondée sur "l’oubli de l’histoire" et "interrogé la dynamique dont procède cette crise ou le retour à l’ordre qui la suit" [LACROIX, 1986 : 117]. La démarche épistémologique et méthodologique mise en œuvre dans l’étude socio-historique du conflit politique camerounais de 1962 a été conduite sans que cette analyse de(s) situation(s) et de(s) position(s) ne contraigne le socio-politiste à exprimer un parti-pris délibéré dans cet examen comme un historien travaillant sur cette période et ces problèmes se croit obligé de le faire : "MBIDA était d’une si grande inconstance que l’on ne pouvait savoir à quel moment telle motivation l’emportait sur telle autre. Néanmoins, il fut condamné, avec BEBEY EYIDI, OKALA Charles et MAYI MATIP, pour un projet de société qui visait à sauver le peuple camerounais d’une dictature certaine. Dommage qu’ils n’aient pas réussi…" [ABWA, 1993 : 127]. A l’analyse, cette prise de position qui s’autorise (indûment) du travail historien montre "son affinité immédiate avec les enjeux immédiats des professionnels de la politique" [LACROIX, 1986 : 127]. Il serait pourtant erroné de penser qu’une telle posture soit réservée aux historiens, comme le montre la perspective défendue par un politiste - à propos de l’étude de la vie politique camerounaise - dans un ouvrage collectif qui entend "combiner l’analyse critique académique avec des contributions d’intention plus polémique" [JOSEPH, 1981 : X - XI]. Evoquer ces questions ne saurait signifier qu’il faille souscrire en matière d’évaluation de l’objectivité des approches socio-politologiques ou historico-biographiques à une perspective dans laquelle "le savant … a le géométral de toutes les perspectives, c’est-à-dire le lieu géométrique de tous les points de vue", ce que la sociologie critique permet de bien cerner lorsqu’elle dévoile comment "le sociologue se prend souvent pour Dieu" [BOURDIEU, CHARTIER, 1989 : 56]. Compte tenu de ces précieuses remarques, l’analyse examine de façon critique les approches socio-politologiques ou historico-biographiques mobilisant des discours prophétiques ou polémiques à l’image de la problématisation historienne qui vise à mobiliser "une nouvelle conceptualisation de l’histoire du Cameroun " pour " préparer une nouvelle dynamique de partage du pouvoir à toutes les échelles de la société" [SONNE, 1997 : 147]. Une telle approche historienne reste confinée aux "credos classiques" de l’histoire historisante ignorant les acquis épistémologiques et méthodologiques apportés à "l’analyse des sociétés" par "une histoire des structures qui n’est plus celle des individus et où comptent, d’abord, les positions de groupes les uns par rapport aux autres, les mécanismes qui assurent la mobilité (ou la reproduction) sociale, les fonctionnements non perçus par les sujets sociaux et sur lesquels leur action n’a pas de prise" [CHARTIER in ELIAS, 1985 : II].

L’analyse socio-politologique du conflit de pouvoir de 1962 a été opérée conformément à une démarche réexploitant les acquis de la révolution structuraliste (liée à l’Ecole des Annales) qui montre que "l’histoire n’est pas autre chose qu’une constante interrogation des temps révolus au nom des problèmes et curiosités… du temps présent…", par la référence aux apports de la nouvelle histoire préconisant "un retour de l’événement " selon une logique poststructuraliste [BRAUDEL, 1985 : 7- 8].

Les amendements épistémologiques et technologiques opérés dans la mobilisation de l’historiographie pour l’étude pertinente et plausible de la dynamique de conflit de 1962 au Cameroun ont permis à cet examen d’être plus attentif aux usages sociaux et politiques présents de cette lecture sociopolitologique du passé opérée dans le contexte de la (re)légitimation de la démocratie qui s’est mise en place depuis 1990 au sein de la société étatique camerounaise. L’examen de la dynamique critique de 1962 dans le Cameroun postcolonial a été opéré selon des règles sociopolitologiques de la méthode admettant dans l’analyse de ces mobilisations que "la discussion doit donc avoir une dimension temporelle que seule une perspective historique peut lui donner", ce qu’indiquait pertinemment une approche politiste classique [LE VINE, 1984 : 16]. En procédant ainsi, l’analyse socio-politologique de la crise de 1962 a pu mieux en cerner les "phénomènes-effet" sans verser dans le finalisme [DOBRY, 1986]. Dès lors, cet examen des mobilisations politiques de 1962 a permis une objectivation sociologique et politologique avisée à même d’expliquer et d’expliciter les conditions socio-historiques de construction des moyens de domination ayant contribué à " la consécration du monopole des professionnels de l’Union Camerounaise (Cameroun Oriental) à titre principal et du Kamerun National Democratic Party (Cameroun Occidental) à titre secondaire" [SINDJOUN, 1994 : 520 – 521]. La logique socio-politologique d’examen analytico-empirique et herméneutico-critique du conflit politique de 1962 a favorisé "un élargissement de la perspective sociologico-historique" susceptible d’éclairer la dynamique des jeux de pouvoir dans la société étatique camerounaise en voie d’émergence [ELIAS, 1985]. Dans le souci d’une élucidation sociologique et politologique appropriée de ce conflit organisé au sein des champs postcoloniaux du pouvoir au Cameroun, l’analyse a montré comment la perspective de la formation d’un "grand parti national unifié" - privilégiée par les acteurs de la coalition gouvernante du Président AHIDJO comme option favorable à l’officialisation et à la légitimation d’une définition patrimonialo-gouvernementale de la souveraineté – s’est imposée comme saillance situationnelle au cours de la crise entre novembre 1961 et juin 1962 [LA PRESSE DU CAMEROUN DU 05.02.62]. Et l’analyse réflexive et positive de ce conflit politique camerounais fortement polarisé entre 1961 et 1962 a pu réexplorer empiriquement et critiquement ces mobilisations en réévaluant les conceptions objectivistes de l’escalade dans cette crise à l’instar de celles développées par l’historien soutenant que "les leaders de l’opposition avaient, par ce manifeste franchi le seuil d’acceptabilité politique au Cameroun" [NGOH, 1990 : 206]. Or un examen adapté et adéquat des dynamiques de crise à l’œuvre dans ces mobilisations politiques de 1962 met en lumière le fait que "les échelons et seuils qui apparaissent dans les processus réels ne préexistent pas nécessairement aux confrontations" [DOBRY, 1986 : 188]. L’étude du conflit de 1962 a été conduite selon une démarche opposée à la naturalisation de ces faits historiques et consciente de la construction sociale de ces corrélations événementielles, démarche largement préservée de l’objectivisme imprégnant la vision de cette crise par un politiste l’étudiant d’un point de vue d’histoire naturelle : "Le rôle joué dans cette affaire par la provocation gouvernementale est indéniable. La crise était largement fabriquée … la vraie naissance d’un régime de parti unique peut être située à la fin du mois de juin 1962 avec la décapitation décisive de l’opposition légale au Cameroun Occidental" [BAYART in JOSEPH, 1978]

En procédant de cette façon, il s’agissait de mobiliser le potentiel critique de "l’écriture sociologique" dans "la reconnaissance de figures temporelles" comme travail d’interrogation et d’investigation sur "les séquences d’événements objectivés qui constituent un cheminement de vie ou une trajectoire sociale" permettant de maîtriser la production des "constructions temporelles multiples par lesquelles les sciences de l’observation historique se dotent de principes de connaissances réutilisables" et sollicitant le "recours à des enchaînements temporels complexes" dans l’interprétation du matériel historiographique et biographique concernant la crise politique de 1962 [ DE CONINCK, GODARD, 1989 : 25]

L’étude initiée des conditions de possibilité de ces dynamiques de mobilisation n’a pas cédé aux formes théoriciennes ou techniciennes de l’objectivisme, procédant à un examen de l’interaction du passé et du présent dans "l’écriture de l’histoire", une écriture attentive à la "dialectique de ces places" et capable de voir et de faire voir comment le lieu socio-politologique de savoir est "instauré par des procédures de contrôle" et "est lui-même historicisé par le temps passé ou futur, qui s’y inscrit comme retour de l’autre (en rapport au pouvoir, à des précédents ou à des ambitions)" [DE CERTEAU, 1975]. Une telle démarche permet à l’écriture socio-politologique des "conditions de possibilité de l’événement" qu’est le conflit de pouvoir de 1962 dans le(s) champ(s) de domination étatique du Cameroun postcolonial, de tirer les conséquences épistémologiques et méthodologiques du fait que "beaucoup d’instruments de travail de l’historien ou du sociologue, produits par et pour l’activité passée de l’Etat et issus à ce titre de la construction de celui-ci, tendent à réactualiser en toute innocence les gestes historiques qui donnent aujourd’hui aux groupes incarnant l’Etat, leur force et leur légitimité " [LACROIX, 1998]. C’est fort de ces enseignements que la réflexion conduite à propos du conflit politique de 1962 au Cameroun permet de mieux cerner comment les leaders de l’opposition se sont ligués pour contrer les manœuvres monopolistes menées par M. AHIDJO et ses alliés, y voyant, dans leur lettre ouverte du 15 juin 1962, des visées favorables au remplacement du parlementarisme démocratique par "une dictature fasciste à travers le parti unique" [AROGA, 1986] [LETTRE OUVERTE DU 15.06.62]. La dynamique critique de 1962 au Cameroun a été observée et entendue dans une perspective examinant la restructuration du champ politique postcolonial selon des modalités historiques et assertoriques caractérisées par le passage d’une configuration pluraliste à une configuration monopoliste. En effet, ce qui se joue à travers l’échange de coups lié au conflit politique de 1962, c’est la lutte entre plusieurs unités de domination autour d’enjeux concernant l’émergence de conditions institutionnelles et organisationnelles favorables à l’officialisation d’un "schéma de régime autocratique" et de "positions sociales d’autocratie" [ELIAS, 1985 : LVIII – LX].

Au cours de la crise politique de 1962, l’interaction stratégique et tactique entre les équipes politiques concurrentes donne lieu à une reconfiguration de la structure gouvernementale faisant que "la survie du régime était liée à la réussite d’un homme" et montrant que "M. AHIDJO est devenu la source de tout pouvoir " [BAYART, 1985 : 143].

Les solutions politico-institutionnelles et politico-organisationnelles qui s’élaborent à l’issue de ce conflit de pouvoir montrent comment M. AHIDJO et les acteurs de la coalition gouvernante tirent profit de la maîtrise de l’administration étatique et du parti dominant (UC) pour favoriser "la mise en place de structures d’allure monopoliste" [ELIAS, 1976 : 44]. La conjoncture de crise de 1962 a informé "l’évolution historique du système politique" contribuant à la reformulation des solutions politiques régulatrices et légitimatrices de "la formation d’une alliance hégémonique" et mettant à l’épreuve "la capacité du leader qui émerge à constituer autour de lui et à renforcer une coalition de pouvoir qui devient une véritable classe dirigeante" dans un contexte stratégico-tactique où "AHIDJO est à la fois l’artisan, le ciment et le dénominateur commun de la coalition" [MEDARD, 1981 : 121]. Le processus de monopolisation de la domination étatique dans le Cameroun postcolonial qui se redéploie à l’issue du conflit politique de 1962 permet en effet à M. AHIDJO de tirer profit du "charisme bureaucratique" pour consolider son contrôle des chances officielles de puissance dès lors mobilisées dans une perspective d’hégémonie [BOURDIEU, 1990 : 89]. Pour ce faire, le Président AHIDJO va exploiter les armes institutionnelles liées aux configurations politico-juridiques du "fédéralisme présidentialiste à tendance centralisatrice" pour mettre en œuvre une stratégie d’hégémonie contribuant à l’invention historique des instruments initiaux de gouvernement correspondant à un "présidentialisme absolutiste" [KAMTO , 1995 : 14 – 17]. La conjoncture de déstabilisation permet au "maître central" contrôlant le(s) champ(s) de domination étatique postcolonial d’envisager le parti national unifié comme "un instrument de domination" mobilisable pour déconstruire les configurations de la démocratie représentative comme "structures de la domination existante" et favoriser une bureaucratisation de "son groupe central" afin de se poser en "souverain conservateur" [ELIAS, 1985 : 132]. Cette stratégie d’hégémonie développée par la coalition conservatrice au cours des événements de l’été 1962 favorisa la montée d’anticipations exprimant des appréhensions d’une évolution vers "le parti unique" ou des interrogations sur l’éventualité de la "fin de la démocratie au Cameroun" [LA SEMAINE CAMEROUNAISE, 20 DU 1.06.62 : 5]  [LA SEMAINE CAMEROUNAISE n° 23 DU 15.07.62 :5]. L’examen socio-politologique de la crise de 1962 montre comment la restructuration de l’ordre politique postcolonial camerounais va passer de la reproduction pluraliste à la retraduction monopoliste des rapports de domination confrontés à "une crise du crédit politique" exploitée par les acteurs de la coalition conservatrice de M. AHIDJO en vue d’imposer une définition monopoliste de la situation de "transformation profonde des équilibres politiques" en direction d’une dévalorisation et d’une dévaluation des ressources de "la souveraineté parlementaire au profit d’investissements autoritaires valorisant l’Etat souverain" [FRANCOIS, 1998 : 10].

L’élucidation de la dynamique institutionnelle ou conventionnelle de la conjoncture de la crise de 1962 - fortement polarisée autour des événements de l’été de cette année-là - a permis de comprendre les conditions sociales et historiques de l’invention d’institutions s’orientant progressivement vers l’officialisation et la consécration d’un régime politico-juridique "d’absolutisme présidentialiste" [KONTCHOU, 1990]. Dans ce travail théorico-critique et empirico-historique, l’analyse politique de la société étatique camerounaise à l’âge postcolonial a été mise en œuvre pour étudier "les œuvres et les actes individuels d’hommes appartenant à certains élites sociales", en vue d’éclairer l’examen des conduites "des personnages appartenant aux élites détentrices du pouvoir" en réorientant "l’histoire politique qui concentrait son attention sur les gouvernants et les élites du pouvoir " vers la prise en compte des " aspects sociologiques de l’évolution d’une société " dans " l’interprétation des processus événementiels à étudier " [ELIAS, 1985 : L- LI].

En procédant ainsi, l’analyse de la conjoncture de crise de 1962 a su éviter les écueils épistémologiques de l’événementialisme inconsidéré lié a la posture naturaliste d’histoire historisante de tel spécialiste camerounais pour qui " dans l’itinéraire de chaque grand homme se révèlent des épisodes entiers du passé d’un pays " [SONNE, 1997 : 146]. Une telle perspective historienne s’avère ignorante du "savoir sociologique acquis " et apparaît peu au fait de ce que " le choix des personnages dont les destinées et les actes retiennent toute l’attention des historiens est très fréquemment liée à l’appartenance de ces personnes à des minorités spécifiques ou aux élites de certaines sociétés qu’elles soient en train de monter, détentrices de pouvoir ou en voie de déclin " et de ce qu’on ne saurait élucider ces processus en oubliant que "sans analyse sociologique rendant compte de la structure de ces élites, on ne peut guère juger de la grandeur ou du mérite des personnages historiques " [ELIAS, 1985 : LII – LIV]. La crise politique de 1962 est donc apparue comme un analyseur, comme le "prototype d’une expérience historique " dans laquelle la bureaucratie autochtone s’impose comme pivot de la coalition gouvernante qui a entrepris de faire de l’Etat post colonial, un "centre de domination autonome " et d’imposer le parti dominant comme régulateur d’" une combinatoire d’acteurs en quête d’hégémonie et de légitimité" [MBEMBE in GESCHIERE, KONINGS, 1989 :785, 787, 807].

La perspective historico-critique mobilisée par l’analyse s’est distancée du " discours historiographique dominant " et s’est inspirée d’une lecture historienne sociologiquement informée appliquée à " l’ordre colonial qui ne parvint jamais à éliminer totalement les unités de domination qui lui disputaient l’hégémonie " pour expliquer le champ postcolonial qui comme le " champ colonial " a été " travaillé par une intense compétition opposant en réalité plusieurs unités de domination " [MBEMBE, 1991 : 120 –121]. Ce point de vue judicieusement exposé par un historien camerounais avisé et informé des approches sociogénétiques et sociodynamiques a permis d’envisager avec pertinence la question de l’invention pluraliste de la société étatique camerounaise et de sa progressive transformation monopoliste, contribuant à " dénaturaliser les faits politiques " liés au processus événementiel de la crise de 1962 et à les "restituer dans leur statut d’objets construits, c’est à dire aussi bien, historiquement construits " [GARRIGOU, 1989 : 45].

En faisant le choix d’analyser socio- politologiquement le jeu d’une conjoncture de crise sur des structures de domination de la société étatique camerounais initialement modelée par des institutions de démocratie représentative, l’étude conduite a pu repérer les circonstances et les instances déterminantes dans l’invention historique de la forme de gouvernement absolutiste qu’est " le présidentialisme autoritaire " [GICQUEL, 1977]. La mise en œuvre d’un " point de vue sociologique " est ainsi venue affiner " le point de vue historique " en montrant comment les mobilisations critiques (restreintes) de 1962 vont activer des solutions politiques favorables à la consolidation du pouvoir du Président AHIDJO et de son "groupe central" comme principaux bénéficiaires des "poussées de centralisation du pouvoir étatique" et vont permettre également de comprendre comment " dans une certaine phase de l’Etat, il se forme une position sociale qui concentre entre les mains d’un seul individu des possibilités du pouvoir comparativement extraordinaires " [ELIAS, 1985]. C’est qu’en effet, le conflit politique de 1962 va contraindre les ressources politiques liées à la reproduction démocratico-représentative du cycle officiel du pouvoir soumis à une retraduction autocratico-corporative opérée de façon progressive à travers le contrôle présidentiel de "la centralisation du pouvoir politique " en tant que "constante fondamentale du régime politique camerounais" [MBARGA, S.D. :81] Il convient toutefois d’éviter de lire ces évolutions dans la perspective objectiviste de "l’analyse stratégique des institutions" comme "analyse combinatoire" qui considère que les "variables institutionnelles  ont des effets politiques structurants"  lorsqu’on les cumule [FRANCOIS , 1998 :81].

L’entendement politologique de l’événement postcolonial au Cameroun s’est appuyé sur une enquête réflexive et positive combinant démarches régressive et progressive pour cerner la dynamique historique de l’Etat. En saisissant l’interaction entre conjoncture(s) et structure(s) ou entre circonstances et instances à travers l’analyseur qu’est la crise de 1962 comme construction sociale et politique de logiques de mobilisation, l’analyse socio-politologique a pu éviter la posture prophétique adoptée par un spécialiste clamant son " désir ardent de réécrire l’histoire " et son souci de mobiliser " une nouvelle conceptualisation de l’histoire du Cameroun " pour " préparer une nouvelle dynamique de partage du pouvoir à toutes les échelles de la société "   [SONNE, 1997 : 147]. C’est en procédant de cette façon que ce travail socio- politologique a pu faire une contextualisation socio-historique pertinente de ce conflit de pouvoir permettant de comprendre "comment l’Etat est le lieu d’une méta-lutte en quelque sorte, d’une lutte à propos du pouvoir sur les champs"  et en quoi "la bureaucratie d’Etat et les détenteur du monopole de la violence à la fois physique et symbolique détiennent un pouvoir très grand, et qui peut être très dangereux sur tous les champs " en explicitant "la menace que les pouvoirs d’Etat font toujours peser sur l’autonomie des champs " [BOURDIEU, CHARTIER, 1989 : 60]. Les luttes politiques entre des acteurs de pouvoir comme MM. AHIDJO, MBIDA, MAYI MATIP, OKALA et BEBEY EYIDI qui interviennent dans la reconfiguration des institutions entre parlementarisme et autoritarisme, montrent bien comment dans les corrélations événementielles correspondant à la crise de 1962, "l’individu est impliqué dans la construction de l’institution" [DOUGLAS, 1999 : 84]. Ce travail socio-politologique d’enquête s’est appuyé sur une investigation régressive complétée et recadrée par une exploration progressive pour reconstruire la dynamique des genèses et des usages d’une crise politique, pour procéder à une histoire sociale réflexive et positive d’un conflit institutionnel et transactionnel dans les sphères officielles de la gouvernabilité postcoloniale permettant de reformuler le jugement selon lequel "cette grande crise éclatera au mois d’Avril 1962 et le régime parlementaire ne lui survivra pas " [OLAMA OMGBWA, 1983 : 300]. L’analyse sociologique et politologique des événements liés à la crise de 1962 comme l’affaire du " Train de la mort " a en effet été conduite sans céder au finalisme immodéré d’une approche objectiviste de cette corrélation événementielle en termes d’escalade entre des acteurs de l’Etat postcolonial en quête d’hégémonie et d’agents de groupes sociaux autonomes comme Mgr Jean ZOA [BAYEMI, 1989] [MESSINA, 2000]. En opérant ainsi, l’analyse socio-politologique a examiné de façon empirique et critique les usages (présents) du passé et les héritages (passés) du présent et a mobilisé les ressources de l’historiographie pour éviter le "retrait des sociologues dans le présent" [ELIAS, 1987].

L’écriture socio-politologique de l’histoire de la crise de 1962 au Cameroun a été énoncée et organisée comme un discours relationnel qui en opérant des " coups de sonde dans la littérature et les archives sans chercher une chimérique exhaustivité ", a permis de montrer que " l’écriture en sociologie historique est doublement dangereuse " parce qu’"elle n’est qu’un moyen tout approximatif d’objectiver quelque chose qui s’exprime sans phrases sinon avec d’autres phrases " et parce qu’"une autre difficulté de cette écriture tient au ‘’ privilège’’ de savoir la suite sinon la fin actuelle mais fragile de l’histoire étudiée " [OFFERLE in FAVRE, 1990 : 98 -99]. L’analyse socio- politique des événements de 1962 a contourné les écueils d’une " reconstruction a posteriori de l’événement " en évitant une " simple utilisation instrumentale des documents " peut à même de résoudre les problèmes de démarcation entre " l’événement proprement dit et les comptes-rendus de l’événement " [CHAMPAGNE in FAVRE, 1990]. A partir de l’examen empirique et critique d’une conjoncture de conflit dans les sphères officielles du pouvoir postcolonial, l’analyse a pu cerner l’émergence des cadres politiques du "présidentialisme absolu " au profit des acteurs de la coalition gouvernante instrumentalisant la crise de 1962 en vue de renforcer la " centralisation progressive de l’Etat camerounais " et d’exploiter historiquement " la dialectique camerounaise unité nationale - institutions" dans un sens anti-parlementaire et pro-autoritaire [KONTCHOU in CONAC, 1980].

L’examen socio-politologique du conflit de 1962 analysé dans ses moments initiaux et ses points focaux a permis d’expliciter les dynamiques de monopolisation du pouvoir gouvernemental par les opérateurs politiques de l’UC associés à l’entreprise hégémonique du Président AHIDJO qui vont exploiter le contexte de tension lié à "la manifestation de papier" représentée par le Manifeste du FNU pour neutraliser les acteurs et secteurs politiques concurrents. En procédant ainsi, les acteurs du groupe central de M. AHIDJO inscrivent leur action dans une démarche antilibérale et illibérale de canalisation du champ politique postcolonial camerounais qui intègre la "liquidation des formes du pluralisme secondaire" [BAYART, 1973]. Cette investigation a permis de cerner les dynamiques conjoncturelles et structurelles à l’œuvre dans le travail de " monopolisation du politique " opéré par les agents de la formation dirigeante de M. AHIDJO intéressés par l’avantage hégémonique associé à la conquête d’une position de grand parti national unifié correspondant à la constitution - propice à l’autoritarisme - d’un " parti plénipotentiaire (c’est-à-dire doté de la plena potentia agendi et loquendi) " qui "sait et fait mieux que le peuple, ce qui est bien pour le peuple" [BOURDIEU, 2000: 101]

La perspective logico-analytique et dialectico-herméneutique mise en œuvre en vue de l’examen socio-politologique de la crise de 1962 a permis d’examiner les luttes institutionnelles entre des options concurrentes de l’"Etat absolu" comme Etat qui est essentiellement un "Etat de l’exécutif et du gouvernement" et de l’"Etat parlementaire avec des partis libres " [SCHMITT, 1988 : 162 et 167]. C’est en tenant compte de ces tensions et contradictions que l’examen socio-politologique de la crise de 1962 peut montrer et démontrer comment à l’issue de ces mobilisations " AHIDJO avait consolidé son pouvoir " alors même que "ce qui restait de l’opposition sudiste s’était coalisée pour former un front uni à la mi-62", sans céder à l’illusion finaliste ou instrumentaliste [JOSEPH, 1978 : 37]. L’analyse des dynamiques observées de transition et de transformation d’Etat dans le champ postcolonial camerounais ne saurait en effet verser dans un historicisme inconsidéré et immodéré à propos de l’étude de la crise de 1962 au Cameroun comme telle explication politiste considérant que " l’ironie de cette période de l’histoire du Cameroun moderne est que les individus et les groupements politiques les mieux préparés à faire fonctionner l’ordre politique constitutionnel formellement émergent durant la décolonisation étaient les moins préparés à assurer le contrôle de l’ordre réel entrain d’être établi par les services militaires, économiques, administratifs et de renseignement de la puissance coloniale en voie de départ " [JOSEPH, 1978 : 37]. Ce propos s’est ainsi prémuni contre l’illusion historiographique ou " l’illusion biographique " [BOURDIEU, 1986]. Au bout du compte, la mise en œuvre socio-politologique d’une " approche dynamique des conflits " a permis d’articuler "une analyse stratégique avec une analyse de ressources " pour procéder à un examen plausible et intelligible qui soit simultanément pertinent et intelligent de " la structure du jeu " et du " mode d’enchaînement des événements ", ceci en vue d’élucider empiriquement la dynamique de la genèse et des usages de ces mobilisations de 1962 au Cameroun qui vont restructurer le champ politique postcolonial [MANN in FAVRE, 1990 : 271-272].

 

BIBLIOGRAPHIE

ABWA, D., ANDRE-MARIE MBIDA. PREMIER MINISTRE CAMEROUNAIS (1917-1980), Paris : L’HARMATTAN, 1993.
AHIDJO, A., CONTRIBUTION A LA CONSTRUCTION NATIONALE, Paris : PRESENCE AFRICAINE, 1964.
AHIDJO, A., LA PENSEE POLITIQUE D’AHMADOU AHIDJO, Monte Carlo : Editions BORY, 1968 .
AHIDJO, A., RECUEIL DES DISCOURS PRESIDENTIELS (1975 - Février 1968) Monte-Carlo, BORY 1969.
AROGA, D., CHARLES-RENE-GUY OKALA, Mémoire de Maîtrise d’Histoire, Université de Yaoundé, 1986.
BAESCHLIN – RASPAIL, B.C, AHMADOU AHIDJO : PIONNIER DE L’AFRIQUE, Monaco : EDITIONS PAUL BORY, 1968.
BAILEY, P., LES REGLES DU JEU POLITIQUE, Paris : PUF. 1971.
BAKARY, T., " Côte d’Ivoire : l’étatisation de l’Etat ", MEDARD, J. F.,(Dir.) ETATS D’AFRIQUE NOIRE, Paris : KARTHALA, 1991, pp 53-91
BARRACLOUGH, G., TENDANCES ACTUELLES DE L’HISTOIRE, Paris : FLAMMARION , 1980.
BAYART J. F., "Préface", R. JOSEPH, LE MOUVEMENT NATIONALISTE RADICAL AU CAMEROUN, Paris : KARTHALA, 1986.
BAYART, J . F., L’ETAT DU CAMEROUN, Paris : PRESSES DE LA FNS P. 1985.
BAYART, J. F, " Cameroun : l’illusion du parti unique ", REVUE FRANCAISE D’ETUDES POLITIQUES AFRICAINES, 65, 1971, pp 40-49.
BAYART, J. F., "Régime de parti unique et systèmes d’inégalité et de domination au Cameroun : esquisse", CAHIERS D’ETUDES AFRICAINES, 69-70, 1978, XVIII, 1-2, pp 5-35. (1978-2).
BAYART, J. F., " The Birth of the Ahidjo Regime " (chapter 4) JOSEPH, R. (Ed.) GAULLIST AFRICA : CAMEROON UNDER AHMADOU AHIDJO, Enugu : FOURTH DIMENSION PUBLISHERS, 1978, pp 45-65.
BAYART, J. F., Espace électoral et espace social au Cameroun ", LAVROFF, D.G (Dir.), AUX URNES, L’AFRIQUE ! ELECTIONS ET POUVOIRS EN AFRIQUE NOIRE (CEAN – CERI), Paris : PEDONE, 1978, pp 187-216.
BAYART, J. F., LE REGIME POLITIQUE CAMEROUNAIS (1958 – 1972), Thèse pour le Doctorat (cycle supérieur d’Etudes politiques), FNSP, Paris, 1975.
BAYEMI, M., L’EFFORT CAMEROUNAIS OU LA TENTATION D’UNE PRESSE LIBRE, Paris : l’HARMATTAN, 1989
BIAYA, T. K., "Dérive épistémologique et écriture de l’histoire de l’Afrique contemporaine", POLITIQUE AFRICAINE n° 60, décembre 1995, pp 110 –116.
BOURDIEU , P., PROPOS SUR LE CHAMP POLITIQUE, Lyon : PRESSES UNIVERSITAIRES DE LYON, 2000
BOURDIEU, P. , LA NOBLESSE D’ETAT, Paris : MINUIT, 1989.
BOURDIEU, P., "Droit et passe-droit : le champ des pouvoirs territoriaux et la mise en œuvre des règlements", ACTES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES, n° 81 –82, 1990, pp 86 –96.
BOURDIEU, P., "L’illusion biographique", ACTES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES n° 62 –63, Juin 1986.
BOURDIEU, P., CE QUE PARLER VEUT DIRE, PARIS : FAYARD, 1981.
BOURDIEU, P., CHARTIER, R., " Gens à histoires et Gens sans histoires " (dialogue entre Pierre BOURDIEU et Robert CHARTIER), POLITIX, n° 6, 1989, pp 53 –60.
BRAUDEL, F., (Dir.) LA MEDITERRANEE L’ESPACE ET L’HISTOIRE Paris : FLAMMARION, 1985
BRAUDEL, F., ECRITS SUR L’HISTOIRE, Paris : FLAMMARION, 1984.
BRINTON, C., THE ANATOMY OF REVOLUTION, New –York : VINTAGE BOOKS, 1965 (1938)
CHAMPAGNE, P., " La manifestation comme action symbolique " in FAVRE, P., (Dir.) LA MANIFESTATION, Paris, PRESSES DE LA FNSP, pp. 329 – 356
CHARTIER, R. " Formation sociale et économie psychique : la société de cour dans le procès de civilisation ", ELIAS, N., LA SOCIETE DE COUR, Paris : FLAMMARION, 1985, pp. I - XXVIII
DE CERTEAU, M., " L’opération historique ", LE GOFF, J., NORA, P, (Dir.), FAIRE DE L’HISTOIRE. I – NOUVEAUX PROBLEMES, Paris : GALLIMARD, 1984 (1974).
DE CERTEAU, M., L’ECRITURE DE L’HISTOIRE , Paris SEUIL, 1975.
DE CONINCK, F., GODARD, F., " L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation : les formes temporelles de la causalité ", REVUE FRANCAISE DE SOCIOLOGIE, XXXI , 1989, pp 23 –53.
DE LUSIGNAN, G., L’AFRIQUE NOIRE DEPUIS L’INDEPENDANCE. L’EVOLUTION DES ETATS FRANCOPHONES, Paris : FAYARD, 1970.
DELORME, R., ANDRE, C., L’ETAT ET L’ECONOMIE. Paris : SEUIL, 1983.
DOBRY, M., SOCIOLOGIE DES CRISES POLITIQUES, Paris : PRESSES DE LA FNSP, 1986 et 1992.
DOUGLAS, M., COMMENT PENSENT LES INSTITUTIONS, Paris : LA DECOUVERTE, 1999
DUBY, G. " Duby chez les politistes : un historien à la question ", (Entretien avec BLONDEL, J., DOBRY, M., LACROIX, B., LAGROYE J., OFFERLE, M., et PELLETIER , W.,) POLITIX n°6, 1989, les liaisons dangereuses, histoire, sociologie et science politique, pp 7-15
ECKSTEIN, H.(Ed.)., INTERNAL WAR : PROBLEMS AND APPROACHES, New York : THE FREE PRESS, 1964
EDELMANN, M. , " Escalation and Ritualization of Political Conflict ", AMERICAN BEHAVIORAL SCIENTIST, 13, septembre - décembre 1969, pp. 231-245
ELIAS N., "The Retreat of Sociologists into the Present " THEORY, CULTURE AND SOCIETY, 1987, SPECIAL ISSUE. N. ELIAS AND FIGURATIONNAL SOCIOLOGY, Vol. 4, n° 2 – 3, 1987, pp. 223 – 247. 
ELIAS, N., LA DYNAMIQUE DE L’OCCIDENT, Paris : CALMANN-LEVY, 1976
ELIAS, N., LA SOCIETE DE COUR, Paris : FLAMMARION, 1985.
ELIAS, N., LA SOCIETE DES INDIVIDUS, Paris FAYARD, 1991 (1990).
ELIAS, N., QU’EST CE QUE LA SOCIOLOGIE ? Paris : EDITIONS DE L’AUBE, 1981.
EYINGA, A. CAMEROUN 1960 – 1990. LA FIN DES ELECTIONS : UN CAS D’EVOLUTION REGRESSIVE DE LA DEMOCRATIE, Paris: L’HARMATTAN, 1990.
EYINGA, A. INTRODUCTION A LA POLITIQUE CAMEROUNAISE, Paris : ANTHROPOS, 1978.
EYINGA, A., " Government by State of Emergency ", JOSEPH, R. (Ed.), GAULLIST AFRICA : CAMEROON UNDER AHMADOU AHIDJO, ENUGU : FOURTH DIMENSION PUBLISHERS, 1978, pp 100-110.
FLANAGAN, S. "Theory and Method in the Study of Coalition Formation ", JOURNAL OF COMPARATIVE ADMINISTRATION, 5(3), in Novembre 1973, p. 275-313.
FOUCAULT, M., L’ORDRE DU DISCOURS, Paris : GALLIMARD, 1971.
FRANCOIS, B., "Le Président, pontife constitutionnel : charisme d’institution et construction juridique du politique " LACROIX, B. , LAGROYE, (Dir.), LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE , Paris : PRESSES DE LA FNSP, 1992, pp 303 –331.
FRANCOIS, B., LE REGIME POLITIQUE DE LA Vème REPUBLIQUE Paris, LA DECOUVERTE (REPERES), 1998.
GAILLARD, P., "Pluralisme et Régionalisme dans la politique camerounaise ", AFRIQUE 2000, octobre – décembre 1992, pp 97 –109.
GAILLARD, P., AHMADOU AHIDJO; Paris J.A. LIVRES, 1994.
GARRIGOU, A., " Le politologue aux Archives ", POLITIX n° 6, 1989, pp 41-45.
GAXIE, D. " Les fondements de l’autorité présidentielle " LACROIX, B. , LAGROYE, J., (Dir.). , LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Paris : PRESSES DE LA FNSP, 1992, p 333-375
GICQUEL, J., "Le Présidentialisme négro- africain : l’exemple camerounais" LE POUVOIR. MELANGES OFFRETS A GEORGES BURDEAU, Paris : LGDJ, 1977, pp 701 –725.
HERAN, F., " L’institution démotivée. De Fustel de Coulanges à Durkheim et au-delà ", REVUE FRANCAISE DE SOCIOLOGIE, 28(1), 1987.
HUNTINGTON, S., POLITICAL ORDER IN CHANGING SOCIETIES, New Haven : YALE UNIVERSIY PRESS, 1968.
ILCHMAN, W. F., UPHOFF N., THE POLITICAL ECONOMY OF CHANGE, Berkeley et Los Angeles, UNIVERSITY OF CALIFORNIA PRESS, 1969.
JOHNSON, W.R, THE CAMEROON FEDERATION : POLITICAL INTEGRATION IN A FRAGMENTARY SOCIETY, Princeton : New Jersey, PRINCETON UNIVERSITY PRESS, 1971
JOSEPH, R., " Preface " in JOSEPH, R.(Ed.); GAULLIST AFRICA, CAMEROUN UNDER AHMADOU AHIDJO, ENUGU FOURTH DIMENSION PUBLISHERS, 1987, p. IX – XIV.
JOSEPH, R., LE MOUVEMENT NATIONALISTE AU CAMEROUN, Paris : KARTHALA, 1986.
JULLIARD, J., "La politique", LE GOFF, J., NORA, P. (Dir.) FAIRE DE L’HISTOIRE, II. NOUVELLES APPROCHES, Paris : GALLIMARD, 1986 (1974).
KAMTO, M., "Dynamique constitutionnelle du Cameroun indépendant ", REVUE JURIDIQUE AFRICAINE n° 1/2/3 1995, p 29-47.
KONTCHOU KOUOMEGNI, A., " Idéologie et institutions politiques : l’impact de l’unité nationale sur les institutions publiques de l’Etat camerounais" CONAC, G., (Dir.) DYNAMIQUES ET FINALITES DES DROITS AFRICAINS, Paris, ECONOMICA, 1980, pp. 442 –464.
KONTCHOU KOUOMEGNI, A., "Cameroun : données de base : évolution politique et constitutionnelle, analyse de la constitution" REYNTJENS, F (Dir.) CONSTITUTIONES AFRICAE , 1990.
KUOH, C .T., MON TEMOIGNAGE. LE CAMEROUN DE L’INDEPENDANCE (1958-1970), Paris : KARTHALA, 1990.
LACAM, J. P, "Le politicien investisseur : un modèle d’interprétation de la gestion des ressources politiques", REVUE FRANCAISE DE SCIENCE POLITIQUE n° 38, Février 1988.
LACROIX , B., " A contre-courant : le parti-pris du réalisme ", POUVOIRS n° 39, 1986, pp 117-127.
LACROIX, B., "Le politiste et l’analyse des institutions. Comment parler de la Présidence de la République ? " LACROIX, B., LAGROYE J. (Dir.), LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : USAGES ET GENESES D’UNE INSTITUTION, Paris, PRESSES DE LA FNSP, 1992, pp. 13 - 76.
LACROIX, B., L’UTOPIE COMMUNAUTAIRE, Paris : PUF, 1981.
LACROIX, B., TRENTE ANS APRES. COMMENT EXPLIQUER MAI 68 ? (Contribution au colloque franco- allemand " 1967 –1968 " : qu’en reste t-il après ? L’impact des mouvements de contestation sur l’évolution politique sociale et culturelle en France et en Allemagne ", Table - ronde 5-7 mai 1998.
LAGROYE, J., "Le conflit de l’automne 1962. Dispersions et convergences dans la formalisation du rôle ", LACROIX, B., LAGROYE , J., (Dir.) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Paris : PRESSES DE LA FNSP, 1992, pp 161-192 ;
LE GOFF, J., "Pour un long Moyen-âge (entretien avec RUAN-BORBALAN, J.C et MUCCHIELLI, L.,), SCIENCES HUMAINES, n° 16, avril 1992, pp 32-35.
LE VINE, V. T, LE CAMEROUN : DU MANDAT A L’INDEPENDANCE, Paris : PRESENCE AFRICAINE, 1984.
LEPENNIES, W., " Contribution à une histoire des rapports entre la sociologie et la philosophie ", ACTES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES n° 47-48, 1983, p 37-44.
MANN, P., "Les manifestations dans la dynamique des conflits", FAVRE, P. (Dir.) LA MANIFESTATION, Paris : PRESSE DE LA FNSP, 1990, pp 271 - 303
MARROU, H., DE LA CONNAISSANCE HISTORIQUE, Paris : SEUIL, 1975
MBARGA, E., LES INSTITUTIONS POLITIQUES CAMEROUNAISES : ESSAI SUR LA RENAISSANCE ET LE DEVELOPEMENT DE L’IDEE DEMOCRATIQUE AU CAMEROUN, Yaoundé : ATELIERS GRAPHIQUES DU CAMEROUN, s.d ;
MBARGA, E., LES INSTITUTIONS POLITIQUES DU CAMEROUN, Yaoundé : IMPRIMERIE NATIONALE, 1982.
MBEMBE, A. " Domaines de la nuit et autorité onirique dans les maquis du Sud- Cameroun (1955 –1958)", JOURNAL OF AFRICAN HISTORY, 31, 1991, pp 89-121
MBEMBE, A., "Bureaucrates et forces marchandes dans le Cameroun de l’entre- deux guerres (1920 –1938) " GESCHIERE, P.., KONINGS, P, (Eds) PROCEEDINGS : CONFERENCE ON THE POLITICAL ECONOMY OF CAMEROON. HISTORICAL PERSPECTIVES, Leiden : 1989
MBEMBE, A., "Notes provisoires sur la postcolonie", POLITIQUE AFRICAINE, décembre 1995
MEDARD, J. F. L’ETAT SOUS-DEVELOPPE EN AFRIQUE NOIRE, CLIENTELISME POLITIQUE OU NEO-PATRIMONIALISME ? TRAVAUX ET DOCUMENTS, n° 01, 1982-1
MEDARD, J. F., "L’Etat clientéliste transcendé ", POLITIQUE AFRICAINE, n° 1, janvier 1981, pp 120-124.
MEDARD, J.F., " L’Etat sous développé au Cameroun ", L’ANNEE AFRICAINE, Paris : PEDONE, 1979, pp 35-84.
MUCCHIELLI, L., " Norbert Elias : une sociologie des mœurs occidentales ", SCIENCES HUMAINES, n° 7, juin 1991, pp 6-7.
NASSARA, P., " Aspects de la domination politique au Cameroun ", REVUE FRANCAISE D’ETUDES POLITIQUES AFRICAINES n° 113, 1975, pp 88-112
NGOH, V. J., CAMEROUN : 1884 – 1985 : CENT ANS D’HISTOIRE, Yaoundé : CEPER, 1960.
NGOH, V. J., THE WORLD SINCE 1919 : A SHORT HISTORY, Yaoundé: PIONEER PUBLISHERS, 1989.
NJOH MOUELLE , F., OWONA, J., (Dir.)., L’ENCYCLOPEDIE DE LA REPUBLIQUE UNIE DU CAMEROUN, Paris : LES NOUVELLES EDITIONS AFRICAINES, 1981 (TOME II : L’HISTOIRE ET L’ETAT).
OFFERLE , M., " Professions et profession politique ", OFFERLE, M. (Dir.) LA PROFESSION POLITIQUE. XIX° - XX° SIECLES, Paris : BELIN, 1999, pp 7-34.
OFFERLE, M., " Descendre dans la rue : de la journée à la Manif " FAVRE, P., (Dir.) LA MANIFESTATION, Paris : PRESSES DE LA FNSP, 1990, pp. 90 -122
OFFERLE, M., LES PARTIS POLITIQUES , Paris : PUF – QSJ, 1987.
OLAMA OMGBA, F. X., LES EXPERIENCES DE REGIME PARLEMENTAIRE AU CAMEROUN, Thèse de Doctorat d’Etat en Science Politique de l’Université de Poitiers, 1983.
OSTROGORSKI, M., LA DEMOCRATIE ET LES PARTIS POLITIQUES, Paris : SEUIL, 1979.
OWONA NGUINI M. E., LA DYNAMIQUE DE L’INTEGRATION NATIONALE ET DE L’AFFIRMATION ETHNOREGIONALE AU CAMEROUN (1972-1994). Colloque "POUVOIRS ET TERRITOIRES ". IEP. CONSEIL REGIONAL D’AQUITAINE, 19 - 22.11.94.
PELLETIER, W., "La crise de mai 1877 : la construction de la place et de la compétence présidentielles", LACROIX, B., LAGROYE, J., (Dir.) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : USAGES ET GENESES D’UNE INSTITUTION, Paris : PRESSES DE LA FNSP, 1992, pp. 79-107.
PROST, A ; DOUZE LECONS SUR L’HISTOIRE, Paris : SEUIL, 1996.
PROST, A., " La mise en intrigue est essentielle pour l’historien ", SCIENCES HUMAINES n° 60, avril 1996, pp 24-27.
RUBIN, N., CAMEROUN : AN AFRICAN FEDERATION, Londres : 1971
SCHMITT, C., "Le virage vers l’Etat total " , SCHMITT, C., PARLEMENTARISME ET DEMOCRATIE, Paris : SEUIL, 1988.
SCHMITT, C., DU POLITIQUE. (LEGALITE ET LEGITIMITE, ET AUTRES ESSAIS), Paris : PARDES, 1990.
SCHUMPETER, J., CAPITALISME, SOCIALISME ET DEMOCRATIE, Paris : PAYOT, 1983.
SERRES, M., " Les sciences ", LE GOFF, J. NORA, P (Dir), FAIRE DE L’HISTOIRE. II. NOUVELLES APPROCHES, Paris : GALLIMARD, 1986 (1974), pp. 270 – 304.
SINDJOUN, L., CONSTRUCTION ET DECONSTRUCTION LOCALES DE L’ORDRE POLITIQUE AU CAMEROUN : LA SOCIOGENESE DE L’ETAT, Thèse de Doctorat d’Etat en Sciences Politiques de l’Université de Yaoundé II, 1994.
SONNE, W., " Cameroun : pourquoi les noms des grandes figures historiques des années 1950 sont – ils tabous dans la bouche du Président BIYA ?" AFRICA DEVELOPMENT, vol XII, n°2,1997, pp131 –149.
THERET, B., REGIMES ECONOMIQUES DE L’ORDRE POLITIQUE Paris : PUF, 1992.
TILLY, C., " L’histoire à venir ", POLITIX n° 6, 1989, pp 25-29.
VEYNE P, LE PAIN ET LE CIRQUE : SOCIOLOGIE HISTORIQUE D’UN PLURALISME POLITIQUE, Paris, SEUIL, 1976.
VEYNE, P., COMMENT ON ECRIT L’HISTOIRE, Paris : SEUIL, 1971.
WEBER, M., ECONOMIE ET SOCIETE, Paris : PLON, 1971.
WEBER, M., LE SAVANT ET LE POLITIQUE, Paris, UGE 10/18, 1982 (1959).
ZANG-ATANGANA, J. M., LES FORCES POLITIQUES AU CAMEROUN REUNIFIE (TOME I. LES PARTIS POLITIQUES AVANT LA REUNIFICATION ; TOME II : L’EXPERIENCE DE L’UC ET DU KNDP ; TOME III : LES GROUPES DE PRESSION), Paris : L’HARMATTAN, 1989.